Le voyage de Sophie

Le voyage de Sophie

par Sophie Trintignac

Je continue mon voyage en visitant la Bolivie, dont je ne connais pour le moment que le salar d’Uyuni. J’arrive maintenant à Samaipata.

Je m’installe pour quelques jours dans un endroit  paisible(1) appelé « Le jardin », un camping écologique construit avec du matériel de récupération. Je me sens bien dans cet endroit où sont installés un peu partout des hamacs(2).

©PJFurlong06
©PJFurlong06

Aux alentours du village, il y a un grand choix de randonnées(3), il faut alors que je me décide en fonction de mon niveau et de mes envies. Il y a également un site historique nommé El Fuerte. Un guide bolivien propose une visite guidée. Il y a trois autres Français, un Espagnol, un Brésilien, et deux Hollandais ; nous formons rapidement un groupe. Le guide nous explique la vie d’une civilisation qui était là bien avant l’arrivée des Incas. Il nous parle du culte du soleil et cette visite en espagnol, dans ce lieu étrange est très intrigante(4).

Ayant sympathisé(5) durant la visite, notre petit groupe décide de passer l’après-midi à quelques kilomètres. Il y a un sentier à parcourir, bordé par des cascades(6), l’occasion de se rafraîchir par cette forte chaleur ! Le soir, lors du repas avec mes nouveaux amis, je discute avec le restaurateur. Je ne remarque pas immédiatement qu’il est français mais en lisant le menu, je note les plats typiques de mon pays, tel que la ratatouille. Il m’explique qu’il vit à Samaipata depuis plus de 10 ans avec sa femme bolivienne. La vie est parfois surprenante, il n’aurait jamais imaginé vivre en Bolivie ! Après quelques jours de repos à Samaipata, je retrouve une amie française à Cochabamba, à environ 400 km. Cette ville de Bolivie est connue pour posséder le plus grand marché du pays. Je suis émerveillée, j’ai envie de tout acheter : les tissus colorés, les ponchos, les bonnets, les hamacs… Mais il faut que je fasse un choix, car mon sac à dos est petit et surtout il faudra porter tout ce que je vais acheter. Je me promets de revenir un jour, avec une valise vide pour ramener tout ce qui me plaît !marché

Dans certains coins du marché, des vendeurs sont installés directement sur le sol. C’est très animé, il y a beaucoup de monde, les gens crient de tous  côtés. Des femmes boliviennes portent leurs bébés dans le dos, serrés dans des tissus multicolores. Certaines parties du marché sont plus organisées que d’autres, avec des allées classées par types de produits. Nous traversons l’allée des « offrandes(7) » où se trouvent notamment des fœtus(8) de lamas. Cette offrande est enterrée dans les fondations des maisons en construction pour assurer la prospérité(9)des  occupants. Après quelques jours à Cochabamba, nous arrivons à La Paz, capitale la plus haute du monde. J’en ai le souffle coupé, au sens propre comme au figuré. En effet, voir cette ville au plus près du ciel est une image spectaculaire mais à 3200 mètres d’altitude, respirer est difficile et le moindre effort m’essouffle(10). Il me faudra quelques jours pour m’acclimater à ce nouveau mode de vie, en hauteur.

1. paisible (adj. m.s.) : calme, tranquille, agréable
2. hamacs (n. m.p.) : tissus suspendus dans lesquels on peut dormir
3. randonnées (n. f.p.) : longues marches à pied
4. intrigante (adj. f.s.) : mystérieuse, qui force la curiosité
5. sympathisé (part. passé, v. sympathiser) :  créé des liens
6. cascades (n. f.p.) : chutes d’eau
7. offrandes (n. f.p.) : cadeaux faits aux dieux
8. fœtus (n. m.p.) : étapes du développement avant la naissance
9. prospérité (n. f.s.) : richesse et bonne santé
10. essouffle (v. essouffler) : donne de la difficulté à respirer