Vianney

Il a le look sage et bourgeois des quartiers chics de Paris où il a grandi. Un air de premier de la classe avec quelques mèches folles qui s’envolent sur son front et trahissent la fantaisie qu’on retrouve dans ses textes et ses mélodies. A seulement vingt-cinq ans, Vianney connaît déjà un beau succès en France. En février dernier, il a été nommé « Artiste masculin de l’année » aux Victoires de la Musique. En mai, il a donné un concert dans la salle mythique de l’Olympia où il a reçu un disque de platine récompensant les ventes record de son premier album Idées Blanches. Portrait d’un petit prodige de la chanson française qui se veut simple et accessible.

Idées blanches. Blanc, sa couleur favorite. Blanc, pour chasser les pensées négatives. « C’est un album optimiste », il le dit lui-même. Des idées blanches dans un univers pastel, comme celui de ses clips.

Musicien autodidacte et amoureux des mots

Après trois ans au prestigieux lycée militaire de Saint-Cyr, des études supérieures entre Paris et Londres, Vianney est diplômé de grandes écoles en commerce et en stylisme. Rien ne le destine à une carrière d’artiste. Mais Vianney vient d’une famille de mélomanes. Il lâche rarement sa guitare dont il a appris à jouer seul, tout comme le piano. Il ne sait pas lire la musique et compose à l’oreille. Très jeune, avec son père, il passe des heures à écouter les chanteurs français et francophones populaires comme Georges Brassens, Maxime le Forestier ou Dick Annegarn. Il connaît par cœur des chansons qui ne sont pas vraiment de son époque mais qui lui ont donné de solides références musicales, notamment en matière d’écriture. « La chanson française, c’est ma culture », dit-il. Il est attentif à la poésie des mots, joue avec eux, les fait résonner sur le bois de son instrument. Encouragé par sa future manageuse qui croit en son talent, il devient chanteur un peu par hasard. Il rejoint un label indépendant nommé Tôt ou tard, qui signe des artistes qu’il admire comme Thomas Fersen ou Vincent Delerm.

Sur la corde sensible

Guitare, voix, quelques notes électroniques,
Vianney affirme son style avec simplicité. Il nous balade sur des mélodies fraîches et entraînantes qui flirtent avec la mélancolie ou l’humour. C’est avec
Je te déteste et Pas là qu’il connaît ses premiers succès. Il chante des histoires d’amour qui finissent plutôt mal mais prend ça avec le sourire et nous invite à en faire autant. Il sait voir la beauté là où on ne penserait pas la trouver et porte notre attention sur des choses qu’on pourrait croire sans importance. Dans Les gens sont méchants, il évoque l’indifférence du monde devant la misère sociale et ce que chacun peut avoir de bon en soi. Il fait dans Labello le récit d’un baiser échangé sur les Champs-Elysées. Le décor, les détails de l’instant et des sentiments universels : tout y est. Vianney a cette sensibilité qui le rend proche des gens.

A la rencontre de l’autre

Bien qu’étant d’un milieu assez favorisé, il n’a jamais eu peur de sortir de sa zone de confort. Solitaire et pourtant tourné vers les autres, c’est là son paradoxe, Vianney a la bougeotte. Il aime voyager, explorer et découvrir par ses propres moyens. Il n’hésite pas à faire des kilomètres à vélo, en scooter électrique ou en autostop avec quelques euros en poche à travers la France et l’Europe pour partir à la rencontre des habitants.
« J’aime voyager sans argent, dormir dehors, dans des conditions où je suis obligé d’aller vers l’autre et de me «reconcentrer» sur moi-même en même temps ». Le clip de Veronica illustre d’ailleurs son voyage à Stockholm. Il aime les échanges avec d’autres artistes, avec qui il partage souvent la scène et bien sûr avec son public qui rassemble toutes les générations. Vianney est un chanteur populaire au sens noble : il ne veut pas être célèbre à tout prix mais rester abordable.
Si ce n’est pas déjà fait, courez écouter Idées blanches. Un deuxième album est déjà en préparation.

Marie-Laurence Meckler-Leluc

téléchargez gratuitement la version imprimable de Musique Vianney

Je souhaite recevoir la newsletter