Archives pour l'étiquette réserves d’eau

L’eau, bénéfique ou dangereuse ?

Par Mamadou Berthé

Des réserves importantes
Contrairement à ce que l’on pense en général, le continent africain possède d’importantes réserves d’eau douce, aussi bien en surface que dans son sous-sol. Selon qu’il se trouve en zone désertique, tropicale, équatoriale ou méditerranéenne, chaque pays poursuit divers objectifs et utilise divers moyens pour la gestion de son eau.

Par exemple, une part importante de l’électricité africaine est produite à partir des barrages hydro-électriques construits sur les cours d’eau. Le fleuve Congo, qui est l’un des plus grands d’Afrique, alimente deux pays de l’Afrique centrale : la République Démocratique du Congo et le Congo Brazzaville. En Afrique de l’ouest, la Guinée-Conakry tient une place stratégique dans le domaine de l’eau car plusieurs grands fleuves y prennent leur source: les fleuves Sénégal, Niger, Gambie et Mano.

Un accès difficile
Peut-on envisager la vie sur terre sans l’eau ? Non, évidemment. Pourtant, des centaines de millions d’Africains n’ont pas accès à l’eau potable. C’est le cas dans les zones désertiques mais aussi dans les villes : les grandes agglomérations urbaines ne sont pas à l’abri des problèmes d’eau car les coupures intempestives(1) sont le quotidien de nombreux habitants. Les sociétés de gestion d’eau potable des différents pays rencontrent toutes les mêmes problèmes : la plupart du temps, ce sont les coûts exorbitants(2) des infrastructures de distribution et d’assainissement(3) qui ne sont pas supportables par des pays aux économies fragiles ; sans oublier que pour exploiter l’eau des nappes(4) souterraines, les coûts des travaux de forage(5) sont excessifs pour des pays qui ne disposent pas toujours des moyens nécessaires pour engager ces lourds travaux. Il y a également les travaux d’entretien permanents qui ne sont pas toujours effectués de manière suivie car l’augmentation rapide de la population est un frein(6) aux différentes réalisations.

Pour les populations non raccordées aux réseaux d’eau potable ou vivant dans les lieux reculés(7) tels les villages et les hameaux(8), s’approvisionner en eau est une vraie difficulté, si bien qu’elles n’ont
d’autre choix que de recourir(9) aux ruisseaux et étangs ainsi qu’aux fontaines mal entretenues. Il n’est pas étonnant alors de constater une recrudescence(10) des maladies comme la bilharziose, le paludisme, la dysenterie, le choléra et la dracunculose, qui menacent gravement la santé des populations vulnérables(11).
Finalement, l’eau source de vie devient un danger mortel lorsqu’elle est souillée(12) et impropre à l’usage quotidien.

LEXIQUE

1. intempestives (adj. f.p.) : inattendues et fréquentes
2. exorbitants (adj. m.p.) : extrêmement chers
3. assainissement (n. m.s.) : action de rendre propre et sain, nettoyage
4. nappes (n. f.p.) : réserves
5. forage (n. m.s.) : trou profond dans le sol pour trouver de l’eau
6. frein (n. m.s.) : limitation
7. reculés (adj. m.p.) : très éloignés
8. hameaux (n. m.p.) : très petits villages
9. recourir (v.) : utiliser
10. recrudescence (n. f.s.) : augmentation
11. vulnérables (adj. f.p.) : fragiles
12. souillée (adj. f.s.) : sale, impropre

téléchargez gratuitement la version imprimable de AFRIQUES

Je souhaite recevoir la newsletter