Archives pour l'étiquette livres

Où on va, Papa ? de Jean-Louis Fournier

Parler du handicap n’est pas une chose simple. Si on n’est pas directement concerné, il est difficile de ne pas tomber dans le voyeurisme(1) ou le pathos(2). Si on est directement concerné, difficile de prendre de la distance et de ne pas imposer sa seule vision des choses. Dans son roman Où on va, papa ?, Jean-Louis Fournier s’expose et expose ses deux fils handicapés moteurs et mentaux au public. Avec un humour grinçant, il dédramatise un sujet qui lui est cher et c’est d’autant plus(3) touchant. L’ouvrage est court, les chapitres se succèdent rapidement, aucun risque de lassitude(4).
A la sortie du livre, les critiques n’ont pas été unanimes(5), loin de là. Un certain nombre de lecteurs a ovationné(6) cette prise de risque. Le livre a même reçu le Prix Femina en 2008. Parler avec ironie et détachement de la vie mais aussi de la mort de ses propres enfants est un pari risqué. L’auteur se moque volontiers de lui-même, se moque de ses enfants, et parfois se moque des autres, des gens « normaux » avec de beaux bébés, qui évolueront normalement, marcheront, iront à l’école, sauront lire et écrire, compter, et rentreront progressivement dans les rangs.
On peut aussi trouver certains propos choquants. Plusieurs fois, l’auteur fait allusion(7) à son désir d’en finir, avec lui-même mais surtout avec ses enfants. Il affiche ouvertement son mépris des parents d’enfants normaux qui ne connaissent pas leur chance.
On lui a aussi beaucoup reproché de faire de son autobiographie et de ses proches un fonds de commerce à leur dépens(8). Il a effectivement écrit sur son père (alcoolique), sur sa fille « normale » (devenue croyante(9) à l’extrême, selon son père), sa femme (décédée) et sa mère (après son décès également). Sa femme a publié une lettre explicative et des photos de ses enfants sur Internet pour donner sa propre version des faits. Sa fille a rédigé une longue lettre pour se défendre, elle figure en postface du livre La servante du seigneur.
Voici donc une lecture que vous adorerez ou détesterez. Pour ma part, j’ai découvert cet auteur avec ce livre et il m’a donné envie de découvrir ses autres ouvrages. Son ton est toujours très caustique(10) et cela peut agacer. Je trouve personnellement que cela donne à ses livres une originalité et une profondeur que l’on a rarement l’occasion de trouver dans les écrits autobiographiques. Cela serait rédhibitoire(11) s’il ne se moquait pas en même temps autant de lui-même et s’il n’alternait pas avec des moments plus tendres. Or, l’émotion est bel et bien(12) là.

Lexique
1. voyeurisme (n. m.s.) : tendance à aimer voir la souffrance des autres
2. pathos (n. m.s.) : démonstration de la souffrance
3. d’autant plus (adv.) : encore plus
4. lassitude (n. f.s.) : fatigue, ennui
5. unanimes (adj. f.p.) : toutes du même avis
6. a ovationné (v. ovationner) : a beaucoup apprécié, salué
7. allusion (n. f.s.) : parole qui évoque sans nommer directement
8. à leur dépens : à leur détriment, malgré eux
9. croyante (n. f.s.) : personne qui croit en Dieu
10. caustique (adj. m.s.) : critique, moqueur et agressif
11. rédhibitoire (adj. m.s.) : qui est la cause d’un refus catégorique
12. bel et bien (adv) : vraiment

Le tour de France

Christelle Ducrot

Pour mieux connaître les traditions françaises, je vous propose ce mois-ci trois ouvrages qui proposent un tour de France original.

Tout d’abord, la bande dessinée Le tour de Gaule
d’Astérix. Dans cet album, les héros créés par Uderzo et Goscinny sont enfermés dans leur village par les Romains.

Pour lire la suite…

La fabrique du monde Sophie Van der Linden

Christelle Ducrot

Chaque mois, je cherche dans les rayons des bibliothèques des romans qui vous permettent de vous évader. Je voudrais partager avec vous, ce mois-ci, la jolie découverte que je viens de faire d’une auteure que je ne connaissais pas encore : Sophie Van der Linden.

Dans son roman La fabrique du monde, elle se met dans la peau de Mei, une jeune ouvrière chinoise de dix-sept ans. Son horizon se résume à l’usine dans laquelle elle travaille durement toute la semaine.

Pour lire la suite…