Archives pour l'étiquette langue

Louise Labé, la belle cordière

Louise Labé est née vers 1524 dans une famille bourgeoise. Son père est un riche cordier. Il lui fait donner une très bonne éducation, ce qui est inhabituel à cette époque-là pour les filles. Elle apprend l’italien, le latin, le grec, la musique et même l’équitation et le maniement des armes.

Pour lire la suite…

On s’entraîne pour le DELF

Le niveau B1

A ce niveau dit « intermédiaire », l’utilisateur peut comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé. Il peut se débrouiller dans la plupart des situations rencontrées en voyage dans une région où le français est parlé et produire un discours simple et cohérent sur des sujets familiers et dans ses domaines d’intérêt.
D’après le CECRL, l’apprenant de niveau B1 « peut comprendre une information factuelle directe sur des sujets de la vie quotidienne en reconnaissant les messages généraux et les points de détail, à condition que l’articulation soit claire et l’accent courant. Il peut comprendre les points principaux d’une intervention sur des sujets familiers rencontrés régulièrement au travail, à l’école, pendant les loisirs, y compris des récits courts. »
Les thèmes sont variés : l’environnement, la consommation, les loisirs, le travail etc.

Pour la compréhension écrite de l’examen DELF B1, il y a 2 exercices.
Exercice 1 : Sur 10 points. 1 document écrit type publicité avec 4 ou 5 propositions. Le candidat doit remplir un tableau et sélectionner une des propositions selon les critères donnés.
Exercice 2 : Sur 15 points. Le candidat doit répondre à des questions de compréhension globale et détaillée à partir d’un article de type informatif.

Voici un exemple de l’exercice 1 :
Exercice 1 /10 points

Vous êtes en France et vous suivez un cours de français. Votre école Formalangue propose des activités en dehors des cours. Vous souhaitez vous inscrire à une activité qui correspond à certains critères :
– vous êtes disponible uniquement le mercredi soir ou le vendredi à partir de 14h
– vous ne voulez pas sortir de l’école
– vous voulez que l’activité dure moins de 3 heures
– vous aimeriez rencontrer des natifs pour découvrir la culture de la région où vous êtes.
– votre budget est limité à 30 euros

téléchargez gratuitement la version imprimable de Langue 50

Je souhaite recevoir la newsletter

Semer la zizanie

1540-1L’expression est jumelle de « séparer le bon grain de l’ivraie ». La zizanie est une mauvaise herbe, l’ivraie (zizania en bas latin ecclésiastique), une plante de la famille des graminées, dite aussi « ivraie enivrante », qui a la particularité de nuire aux céréales auprès desquelles elle croît. On comprend facilement les conséquences néfastes d’un semis de zizanie en pleine culture.

On ne récolte que ce que l’on sème
Le sens figuré transforme le champ en réunion de personnes vivant a priori en bonne intelligence (famille, amis, entreprise…). Si la mauvaise graine de la discorde est plantée dans ce terreau, les petits désaccords quotidiens prennent des proportions extraordinaires et le contexte devient explosif. « Semer la zizanie » est employé, dès le XIVe siècle, comme métaphore de la mésentente. Un secret, des ressentiments, des frustrations s’immiscent entre individus et le ver est dans le fruit, l’ivraie dans le grain. La situation va pourrir de l’intérieur et finir par jeter le trouble.

En partenariat avec Larousse

 

 

téléchargez gratuitement la version imprimable de Larousse

Je souhaite recevoir la newsletter