Sacha Goldberger

Sacha Goldberger et les super-héros

par Émilie ORZALESI

Sacha Goldberger est un photographe français d’origine hongroise né dans les années 70. Venu du monde de la publicité, il publie son premier livre de photographies sur l’amour en 2003, puis présente au grand public en 2010 une nouvelle héroïne : Super Mamika.

Ce personnage est incarné par sa propre grand-mère qu’il met en scène en costume de super héros dans des situations quotidiennes étonnantes, touchantes et toujours drôles. Entre absurdité et réalisme, Sacha Goldberger nous rappelle avec ces clichés que pour une personne âgée, affronter le quotidien dans notre société occidentale qui prône(1) toujours plus de jeunesse, c’est aussi avoir de super-pouvoirs. Il revient en 2014 avec d’autres super-héros, plus classiques (Hulk, Batman, Dark Vador, Wolverine, Blanche-Neige…) qu’il revisite à la façon de la peinture flamande du XVIe siècle.
Très accessible, Sacha Goldberger nous a accueillis en toute simplicité pour répondre à nos questions.

Pensez-vous représenter la « French Touch » ?

Difficile à dire, ce serait plutôt aux gens extérieurs de juger. Je suis français d’origine hongroise, je me sens 100% français, de nationalité et de culture. J’aime le stylisme français, la nourriture française, l’architecture française. Pourtant, maintenant grâce à internet, on peut se nourrir du monde entier. J’ai toujours aimé les super-héros américains et les États-Unis des années 50 ; ils ont beaucoup influencé mon travail. En même temps, j’apprécie aussi beaucoup l’art européen dans lequel je trouve une fragilité qu’on ne voit pas outre-Atlantique. J’ai d’ailleurs réuni les deux dans la série « Super-Flamands », où je propose une version européenne des super-héros américains classiques, une version plus humaine, comme s’ils étaient les icônes(2) de l’école flamande. Visuellement, mes photos font sûrement plus penser aux États-Unis qu’à la France, mais grâce à cette nouvelle série, j’ai justement pu mélanger ces différentes influences en apportant cette fragilité qu’on retrouve plus en Europe, dans la peinture flamande par exemple.

Quel est votre super-héros préféré ?

Mon super-héros préféré, c’est Batman. Certains ne le considèrent même pas comme un super-héros car il n’a pas de super-pouvoirs. Moi, j’aime qu’il soit humain. C’est un homme qui a des failles(3), des faiblesses, pas de super-pouvoirs. C’est justement ce que j’ai voulu travailler dans cette nouvelle série. J’ai particulièrement aimé travailler sur la fragilité de Catwoman et de Hulk.

Quels super-pouvoirs aimeriez-vous avoir ?

C’est drôle, je n’y ai jamais vraiment pensé, mais je crois que dans le «top 3», j’aimerais être invisible, pouvoir soigner et voler. Être invisible, juste pour rire, ça m’amuserait. Pouvoir soigner, c’est un choix plus logique, plus humain ; on veut tous pouvoir sauver les gens qu’on aime. Et voler, ça ne doit pas être déplaisant(4) non plus !

Pensez-vous que l’image parle plus que les mots ?

On me connaît plus pour mes photographies, mais j’aime aussi beaucoup écrire. J’ai écrit des contes pour enfants, des nouvelles, je participe à des scénarios. C’est simplement que je ne gagne pas d’argent avec mes mots ; l’écriture n’est pour l’instant pas mon métier. Heureusement, actuellement, les artistes ne sont pas enfermés dans un domaine, ils peuvent être polyvalents(5) et toucher à tout. En ce moment, je m’éclate en faisant mes images, mais après la photo, ce dont je me sens le plus proche, c’est l’écriture.

De notre côté, nous espérons retrouver très rapidement Sacha Goldberger dans de nouveaux projets, et pourquoi pas sous d’autres formes.

Lexique

1. prône (v. prôner) : met en avant
2. icônes (n. f.p.) : images qui représentent
3. failles (n. f.p.) : points faibles
4. déplaisant (adj. m.s.) : désagréable
5. polyvalents  (adj. m.p.) : capables de faire des choses variées

téléchargez gratuitement la version imprimable de LCFF#27 Portrait

Je souhaite recevoir la newsletter