Roukiata Ouédraogo, « petit modèle » deviendra grand …

Par Anaïs Anaye

La jeune artiste, présentée depuis quelques années comme une étoile montante(1) du Burkina Faso en matière de théâtre et de cinéma, poursuit son ascension(2). De son Fada N’Gourma natal aux planches parisiennes, que de chemin parcouru et de bagages accumulés !

Rachel Saddedine
Rachel Saddedine

Elle y fera ses classes en s’imprégnant(3) des classiques du théâtre, de l’art de raconter des histoires sur scène et en découvrant l’écriture. Écrire et monter ses propres spectacles, voici le type de challenge que Roukiata Ouedraogo aime relever. En 2008, Yennenga : l’épopée des Mossis est sa première création. Le projet est ambitieux et rassembleur puisqu’il se base sur l’histoire de la princesse amazone Yennenga, fondatrice du royaume mossi (territoire du Burkina Faso actuel), au XIe siècle. Cette pièce de théâtre a bénéficié d’un bel accueil, notamment dans son pays.

La semaine africaine de l’UNESCO qui s’est tenue en mai 2013 lui a donné une nouvelle fois l’occasion de célébrer son pays et de valoriser la culture burkinabé(4). La comédienne participe à une création originale des compagnies Carabosse et Teatro Linea de Sombra. « L’apport de Carabosse dans ma carrière a été de me faire découvrir le spectacle de rue et ses techniques, de travailler avec des moyens importants et de rencontrer beaucoup de gens très différents.
Grâce au temps passé sur la tournée du spectacle Article 13, avec Carabosse j’ai pu accéder au statut d’intermittente(5).»

Les thèmes des droits de l’Homme et de l’émigration ont une grande importance à ses yeux. Elle veut désormais les aborder sous des angles différents, en particulier en faisant appel à d’autres émotions que la souffrance ou la douleur.

Alors, Roukiata Ouedraogo écrit une nouvelle page de son parcours en se lançant dans la comédie, surprenant ainsi son public. Ouagadougou pressé  raconte l’histoire  d’une jeune femme burkinabé vivant à Paris qui prépare son retour dans son pays natal. L’artiste assure que sa démarche était avant tout de traiter le sujet de l’immigration avec légèreté, en soulignant le comique de certaines situations. Elle précise qu’il s’agit d’une fiction en partie autobiographique. L’objectif est de raconter avec humour une histoire porteuse de sens à laquelle chacun peut s’identifier.

Elle adhère(6) aux projets artistiques qui la touchent et font naître des émotions en elle. Sa participation au film documentaire de Dani Kouyaté et Philippe Baqué Femmes, entièrement femmes (sorti en février 2014) est le symbole de cet état d’esprit. Ce film traite du sujet difficile de l’excision chez les femmes africaines et des solutions médicales et chirurgicales désormais possibles afin de réparer les dégâts causés par cette pratique.  Son ambition ne lui fait pas oublier pour autant ses premières amours(7). La scène n’est jamais bien loin. Roukiata Ouedraogo vient de terminer l’écriture d’une pièce de théâtre, inspirée d’un recueil(8) de poèmes personnel. Elle a voulu y retranscrire à sa façon les difficultés de la femme burkinabé et africaine en général. Il s’agira d’un spectacle vivant où elle sera
seule sur scène et dans lequel elle intégrera également la danse.

Rachel Saddedine
Rachel Saddedine

Mais pour l’heure, l’artiste nous donne rendez-vous au mois de septembre 2014, point de départ de sa nouvelle tournée qui débutera à Paris.  Va voir là-bas, si j’y suis ! reste dans l’esprit du stand-up et aborde le thème des identités culturelles, en soulignant les clichés développés vis-à-vis de l’autre.

Le Burkina Faso garde toujours une place importante dans le cœur et les aspirations de Roukiata. Elle parle d’un projet de centre culturel dédié aux artistes locaux. « Pour l’instant, il s’agit plus d’un rêve que d’un réel projet à brève échéance. La priorité est surtout de consolider ma carrière, afin justement d’avoir les moyens, de monter ce centre culturel ». Elle a sûrement d’autres idées en tête, et vu son élan, on ne l’arrêtera pas en si bon chemin !

1. étoile montante : star naissante
2. ascension (n. f.s.) : montée
3. s’imprégnant (part. présent, v. s’imprégner) : absorbant, avalant
4. burkinabé (n. f.s.) : qui vient du Burkina Fasso
5. intermittente (n. f.s.) : statut des employés du secteur artistique
6. adhère (v. adhérer) : souscrit, est attachée à
7. premières amours : le mot «amour» est masculin quand il est au singulier ; il est féminin quand il est au pluriel
8. recueil (n. m.s.) : livre qui regroupe des poèmes

téléchargez gratuitement la version imprimable de Afriques N°18

Je souhaite recevoir la newsletter