« On est heureux, nationale 7 ! » La route des vacances

Marie-Laurence Meckler-Leluc

Un road trip à la française, ça vous dirait ? Les Etats-Unis ont la Route 66, la France a la Nationale 7 !
Longue de 996 kilomètres, elle relie Paris à la Côte d’Azur en traversant le pays du nord au sud. Symbole d’évasion et de progrès social, elle a fait rêver des générations de Français.

La belle époque des congés payés
Si les cong#49_Tourisme_Nationale_7_Lyon_Copyright_Dennis_Jarvisés payés se sont généralisés en France en 1936, c’est surtout à partir des années 1950 que cette route a connu ses heures de gloire. L’accès à un meilleur niveau de vie a permis à de nombreuses familles habitant la moitié nord de la France de « descendre » dans le Midi pour y passer leurs vacances. Ah, le chant des cigales(1), le farniente à l’ombre des platanes(2), les parties de baignade dans la mer… Voilà la plus douce des récompenses après une année de travail !
Maman, les enfants, les bagages et le chien s’entassaient(3) alors dans la Citroën toute neuve de Papa, direction le soleil et la Méditerranée. En empruntant la Nationale 7 ou « RN7 », on traversait la ville, la campagne, les petits bourgs(4) pittoresques… On en voyait du pays ! La Nationale 7, c’étaient aussi les bouchons(5) interminables en été, les petits à l’arrière qui râlaient(6) à cause du trajet trop long, mais on était content quand même : le voyage faisait déjà partie des vacances.

De Paris à Menton
« Route des vacances, Qui traverse la Bourgogne et la Provence, Qui fait de Paris un petit faubourg de Valence, Et la banlieue de Saint-Paul-de-Vence (…)
On est heureux, Nationale 7 ! »
chantait Charles Trenet en 1955.
Surnommée à certains endroits « la route bleue », la RN7 démarre au Point zéro des routes de France : au pied de Notre Dame de Paris. Elle passe par Nevers, Moulins et Roanne avant de rejoindre Lyon. Sur cette portion, on la confond parfois avec la Nationale 6 qui passe plus à l’est, par Auxerre et Chalon-sur-Saône, et qui est davantage fréquentée.

Après Lyon, la route nous emmène jusqu’à Menton, via les villes de Valence, Avignon et Nice.
Avouons-le, une grande part du charme de cette route tient des belles provinces qu’elle traverse et des étapes le long du parcours : Île de France, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes et enfin Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Comme voyager ouvre l’appétit, faire honneur aux spécialités locales est indispensable, notamment dans la région lyonnaise. Plusieurs restaurants étoilés ont créé leur légende autour de la Nationale 7. Ils accueillent toujours les automobilistes gastronomes pour une escale gourmande.

Une route mythique
Aujourd’hui, la route nationale d’origine, sousDubois-N7-Lapalisse Thierry Dubois. l’appellation RN7, a en partie disparu. Par endroits, elle est devenue une route départementale et a changé de nom. Aussi, la plupart des de vacanciers pressés d’arriver à destination lui préfèrent l’autoroute. Pourtant, la Nationale 7 a été et reste une véritable institution que les nostalgiques continuent de faire vivre.
Il existe bon nombre de références à la RN7 dans la culture populaire française. Il y a la chanson de Trenet, bien sûr, que tout le monde (ou presque) connaît. Le célèbre jeu de société du « 1000 bornes » s’y rapporte également. Une borne désigne un kilomètre, et mille bornes, c’est la longueur approximative de notre fameuse route ! Le principe : il faut arriver le premier en respectant les vitesses et en évitant pannes(7) et incidents. Côté artistique, la Nationale 7 a aussi inspiré cinéastes, écrivains et photographes.
Chaque année, des associations rassemblant des amoureux de la RN7 organisent des rallyes avec des véhicules anciens. Enfin, le « Musée mémoire de la Nationale 7 » à Piolenc au nord d’Orange (Vaucluse) retrace son histoire et expose des voitures de collection des années 1950 et 60, des affiches publicitaires qui bordaient la route alors, ou encore des objets plus ou moins insolites laissés par les voyageurs…
Et si suivre la RN7 était une façon originale de visiter la France ? Au cas où l’aventure vous tente, des sites spécialisés, des blogs et des groupes Facebook de passionnés vous expliqueront comment planifier votre itinéraire et vous donneront les bonnes adresses en chemin.
Rappelez-vous cette citation de R. L. Stevenson : « L’important ce n’est pas la destination, mais le voyage en lui-même » !

Lexique
1. cigales (n. f.p.) : insectes bruyants, typiques des bords de la
Méditerranée
2. platanes (n. m.p.) : grands arbres qui bordent les routes
3. s’entassaient (v. s’entasser) : étaient serrés
4. bourgs (n. m.p.) : villages
5. bouchons (n. m.p.) : embouteillages, difficulté de circulation des voitures
6. râlaient (v. râler) : manifestaient leur mécontentement
7. pannes (n. f.p.) : dysfonctionnements

téléchargez gratuitement la version imprimable de Tourisme 49

Je souhaite recevoir la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.