Noël en Afrique

Noël en  Afrique

Par Barbara Juvé

Pour tous les Chrétiens dans le monde, Noël est l’occasion de célébrer la naissance de Jésus. Pour les autres, en Afrique comme ailleurs, il s’agit de se réunir en famille autour de symboles païens(1) mais festifs comme le Père Noël et le fameux sapin. Cette fête le plus souvent héritée de la colonisation y est également célébrée, avec quelques variations en fonction des traditions locales. Je vous propose ici un aperçu des différentes façons de fêter Noël dans plusieurs pays d’Afrique.

Une fête joyeuse avant tout
Dans la plupart des pays d’Afrique, Noël est l’occasion de passer un bon moment en famille et dans la joie, en tentant d’oublier une vie parfois difficile. Alors que les familles des plus croyants se rendent à la traditionnelle messe de Noël, le côté festif prend progressivement la place de la commémoration(2) religieuse, encouragé par les activités en plein air permises par la saison. Au Cameroun, au Bénin, en Afrique du Sud ou au Ghana, des défilés et des processions ont lieu, sur la plage si possible. Après l’église, on va même souvent danser dans les bars : c’est le cas par exemple au Congo.

Des spécialités culinaires variées
Sur la plus grande partie du continent africain, Noël constitue l’occasion idéale pour les invités de se régaler(3), quel que soit le pays. Les plats au menu sont un mélange entre traditions locales et mets(4) influencés par l’Occident. Au nord, comme en Egypte, le plat principal est le fattah, un mélange de pain, de riz, d’ail et de viande. En Afrique de l’est, comme au Kenya, on fait généralement griller une chèvre pour laquelle les familles se sont cotisées(5). En Ouganda et au Cameroun, la préparation-phare en cette période de fêtes est sûrement le matoke, à base de féculents et de bananes plantain(6). Au Nigéria, c’est le poulet et le bœuf qui sont partagés à table, accompagnés du jollof rice (un riz au gras). En Afrique du sud, on remarque des plats largement inspirés des pays anglo-saxons (grillades et gâteaux pour le dessert). En revanche, les spécialités d’Afrique centrale sont souvent à base de feuilles de manioc(7), de pâte d’arachide et de poisson, comme le saka-saka au Congo. Au final, on retrouve très souvent du poulet, du riz, ainsi que des fruits et des légumes de saison, correspondant avec la récolte de l’été. Dans tous les cas, on se régale et on met parfois « les petits plats dans les grands(8) » !

Les enfants à l’honneur
En Afrique, Noël est avant tout la fête des enfants, pour qui les cadeaux symbolisent la visite des Rois mages à Jésus. Après un repas le plus copieux(9) possible et partagé en famille (incluant de la dinde, du riz, des légumes, en fonction du pays), les enfants sont souvent très gâtés(10) le 25 décembre, et non les adultes comme en Occident. Les cadeaux de Noël les plus souvent offerts sont du tissu, du savon, des bonbons, ainsi que des stylos et des livres pour l’école. De manière générale, ces cadeaux ont une dimension pratique.

Les variations régionales
Cependant, les traditions varient d’un pays à l’autre : au Bénin, des groupes d’enfants portant un masque animent les rues pour la célébration de kaléta (l’héritage du retour en masse d’anciens esclaves du Brésil sur le golfe du Bénin au XIXe siècle) et le peuple remercie la Providence pour la récolte abondante de l’igname(11). Au Ghana et au Liberia, les familles décorent leur foyer avec des feuilles de palmier et des bougies allumées. Quant aux Éthiopiens, ils se distinguent particulièrement en célébrant Noël le 7 janvier, un jour connu sous le nom d’Epiphanie.

Les traditions occidentales importées chez les riches Africains
De plus en plus de riches Africains s’éloignent des rites traditionnels pour s’inspirer de ceux de l’Occident, comme avec les décorations de guirlandes(12) et les portraits du Père Noël. Dans ce cas, il s’agit de même d’une période de fort consumérisme(13), où les jouets inondent(14) le marché, comme au Bénin. Les Africains les plus aisés adoptent également le sapin de Noël (importé des pays tempérés ou en plastique) et déposent à ses pieds les cadeaux le 24 décembre au soir, comme par exemple au Congo, au Sénégal ou au Cameroun où il n’est pas rare de consommer également de la bûche de Noël pour le dessert.

Fête traditionnellement religieuse pour beaucoup d’Africains, Noël devient, comme en Europe, de plus en plus profane(15) et commercial, du fait de la laïcisation de la société et de la mondialisation. Mais dans tous les cas, l’enfant est roi ! 

Lexique

1. païens (adj. m.p.) : non religieux
2. commémoration (n. f.s.) : célébration
3. se régaler (v.) : apprécier la nourriture
4. mets (n. m.p.) : plats
5. se sont cotisées (se cotiser) : ont participé à un paiement collectif
6. plantain (n. m.p.) : type de bananes que l’on peut cuisiner comme un légume
7. manioc (n. m.s.) : plante dont on mange la racine
8. met les petits plats dans les grands : prépare un repas plus élaboré qu’habituellement
9. copieux (adj. m.s.) : abondant
10. gâtés (adj. m.p.) : comblés, chouchoutés, choyés
11. igname (n. m ou f.s.) : plante dont on mange la racine
12. guirlandes (n. f.p.) : chaînes de petites lumières qui servent à décorer
13. consumérisme (n. m.s.) : mouvement économique et social qui favorise la consommation
14. inondent (v. inonder) : envahissent
15. profane (adj. m.s.) : non religieux

téléchargez gratuitement la version imprimable de Noël en Afrique

Je souhaite recevoir la newsletter