Molière

par Florence Teste

L’ auteur

Molière, de son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin,
est né à Paris en 1622. Son père est marchand tapissier. Il fait des études d’avocat mais abandonne le droit pour devenir acteur. En compagnie de sa maîtresse Madeleine Béjart, il part en tournée dans l’ouest et le sud de la France avec la compagnie de théâtre de Charles Dufresne. En 1658, il revient à Paris et devient le protégé de Monsieur, le frère du roi Louis XIV. Ses pièces connaissent alors un très grand succès à la cour. Il rencontre également de nombreux détracteurs(1) car il ne craint pas de critiquer ou de caricaturer(2) les grands personnages de l’époque.

Il montre d’une manière drôle mais très juste les défauts de la société du XVIIe siècle. Il meurt en 1673, les premiers malaises ayant eu lieu alors qu’il est en scène. Comme la profession de comédien est rejetée par l’Église, il n’a pas le droit d’être enterré dans la religion mais ses amis sont nombreux à accompagner de nuit sa dépouille(3) vers le cimetière.

L’ œuvre

L’avare(4) (1668)
Harpagon est un riche veuf qui vit avec ses enfants. Il envisage d’épouser une jeune femme, Marianne, mais il se trouve que son fils Cléante est également amoureux de Marianne. De son côté, sa fille, Élise, est amoureuse de l’intendant(5) de son père, Valère, alors que
son père voudrait qu’elle épouse son vieil ami Anselme.
De plus, Harpagon est extrêmement avare. Il a caché un coffre dans le jardin, qui contient une très grosse somme d’argent. Par vengeance, son valet le lui vole.
Mais tout se finit bien : chacun se mariera avec l’élu de son cœur et Harpagon retrouvera sa cassette(12).

Bibliographie choisie
  • Les précieuses ridicules (1659)
  • L’école des femmes (1662)
  • Tartuffe (1665)
  • Le médecin malgré lui (1666)
  • Le bourgeois gentilhomme (1670)
  • Les fourberies de Scapin (1671)
  • Le malade imaginaire (1673)
L’extrait

Le commissaire de police est venu pour enquêter sur le vol de la cassette. Maître Jacques est le cuisinier ; il ne sait rien du vol. Mais il est jaloux de Cléante, l’intendant, et décide de le faire accuser à tort. Ce passage est l’interrogatoire de Maître Jacques par le commissaire.

L’avare, acte V, scène 1
MAÎTRE JACQUES, à part.- Voici justement ce qu’il me faut pour me venger de notre intendant : depuis qu’il est
entré céans(6), il est le favori, on n’écoute que ses conseils ; et j’ai aussi sur le cœur les coups de bâton de tantôt(7).
HARPAGON.- Qu ’as-tu à ruminer(8) ?
LE COMMISSAIRE.- Laissez-le faire. Il se prépare à vous contenter(9) ; et je vous ai bien dit qu’il était honnête
homme.
Me J.- Monsieur, si vous voulez que je vous dise les choses, je crois que c’est Monsieur votre cher intendant qui a fait
le coup.
H.- Valère ?
Me J.- Oui.
H.- Lui, qui me paraît si fidèle ?
Me J.- Lui-même. Je crois que c’est lui qui vous a dérobé(10).
H.- Et sur quoi le crois-tu ?
Me J.- Sur quoi ?
H.- Oui.
Me J.- Je le crois… Sur ce que je le crois.
Le C.- Mais il est nécessaire de dire les indices(11) que vous avez.
H.- L’as-tu vu rôder autour du lieu, où j’avais mis mon argent ?
Me J.- Oui, vraiment. Où était-il votre argent ?
H.- Dans le jardin.
Me J.- Justement. Je l’ai vu rôder dans le jardin. Et dans quoi est-ce que cet argent était ?
H.- Dans une cassette(12).
Me J.- Voilà l’affaire. Je lui ai vu une cassette.
H.- Et cette cassette comment est-elle faite ? Je verrai bien si c’est la mienne.
Me J.- Comment elle est faite ?
H.- Oui.
Me J.- Elle est faite… Elle est faite comme une cassette.
Le C.- Cela s’entend. Mais dépeignez(13)-la un peu pour voir.
Me J.- C’est une grande cassette.
H.- Celle qu’on m’a volée est petite.
Me J.- Eh, oui, elle est petite, si on le veut prendre par là ; mais
je l’appelle grande pour ce qu’elle contient.
Le C.- Et de quelle couleur est-elle ?
Me J.- De quelle couleur ?
Le C.- Oui.
Me J.- Elle est de couleur… Là d’une certaine couleur… Ne
sauriez-vous m’aider à dire ?
H.- Euh ?
Me J.- N’est-elle pas rouge ?
H.- Non, grise.
Me J.- Eh, oui, gris-rouge ; c’est ce que je voulais dire.

 

à lire

http://www.toutmoliere.net/

à écouter

http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/moliere-lavare.html

à voir

Il faut absolument voir le film réalisé par Louis de Funès et Jean Giraul en 1979. Le texte est exactement celui de la pièce mais la compréhension est facilitée par la situation et les mimiques des acteurs. De plus, il est sous-titré en français.

 

1. détracteurs (n. m.p.) : personnes qui n’aiment pas, qui critiquent
2. caricaturer (v.) : décrire de manière exagérée
3. dépouille (n. f.s.) : cadavre, corps d’une personne
qui est morte
4. avare (adj. m.s.) : qui n’aime pas dépenser son
argent
5. intendant (n. m.s.) : personne chargée de
l’administration d’une maison
6. céans (adv.) : ici
7. tantôt (adv) : tout à l’heure
8. ruminer (v.) : parler à voix basse pour soi-même
9. contenter (v.) : faire plaisir, rendre content
10. a dérobé (v. dérober) : a volé
11. indices (n. m.p.) : preuves, éléments qui donnent
des informations
12. cassette (n. f.s.) : boîte
13. dépeignez (v. dépeindre) : décrivez

téléchargez gratuitement la version imprimable de LCF#25_auteur

Je souhaite recevoir la newsletter