Minori, la Japonaise

par Julie Boudillon

Minori travaille dans le cinéma : elle est monteuse. C’est aussi une jeune maman, qui vit en France depuis 2001. J’ai écouté son histoire d’amour avec la France, avec son mari, avec le cinéma… raconté dans un français parfait.

2013-08-04 06.58.46Tout commence au Japon, son pays d’origine, où elle étudie la langue et la littérature françaises à l’université. Sa première rencontre avec la France se fait lors d’un séjour linguistique d’un mois, à Vichy, où elle loge dans une famille française et prend des cours de langue. Elle apprécie beaucoup le séjour et ce qu’elle découvre. D’autant plus que pour elle, c’est le pays du cinéma, une de ses grandes passions. L’équation est alors rapide : elle décide de venir étudier le cinéma en France !

Pour cela, elle doit compléter son apprentissage de la langue. A son arrivée, elle prend d’abord des cours de français, pendant un an et demi. Mais alors qu’elle pensait retourner au Japon à la fin de ses études de cinéma, «les choses se sont enchaînées», comme elle dit : elle fait un stage, rencontre l’homme avec lequel elle est mariée aujourd’hui, contacte des techniciens du cinéma, et finalement trouve du travail !

Même si elle a rencontré, et rencontre toujours, quelques difficultés liées au langage technique de son métier, elle parle français dans toutes les situations, professionnelles et sociales. Il y a aussi les voyelles nasales, qui n’existent pas en japonais, et qu’elle considère encore comme un vrai casse-tête(2) !

Vivre à Paris est selon elle une expérience très riche, avec ses bons et ses mauvais côtés. Commençons par les bons : Paris est cosmopolite et ouverte. Certes, les gens sont beaucoup moins ponctuels(3) qu’au Japon, mais ils sont aussi très enthousiastes(4), et savent apprécier les choses, les gens, même sans les connaître :

« Ça m’est arrivé plusieurs fois que quelqu’un, dans la rue ou le métro, me fasse des compliments, par exemple sur mes chaussures ! »

Et les mauvais côtés ? Ils peuvent se résumer en une phrase : les loyers(5) sont trop chers ! Minori conseille d’ailleurs d’essayer de vivre en province, où l’ambiance est tout aussi chaleureuse, et les logements moins chers.

Oui, elle conseille de sortir de Paris pour apprécier, comme elle, la beauté des paysages, la particularité de chaque région. Et plus précisément les spécialités culinaires :

« Il y a trois ou quatre-cents fromages différents en France ! »

s’exclame-t-elle, avant de préciser :

« Il y en a qui puent(6), d’autres qui sont délicieux ! »

Il y a de bons et de mauvais côtés partout…

1. monteuse (n. f.s.) : métier dans le domaine du cinéma
2. casse-tête (n. m.s.) : chose extrêmement difficile
3. ponctuels (adj. m.p.) : qui arrivent à l’heure
4. enthousiastes (adj. m.p.) : positifs
5. loyers (n. m.p.) : prix d’une location d’appartement
6. puent (v. puer) : sentent mauvais

téléchargez gratuitement la version imprimable de Portrait N°15

Je souhaite recevoir la newsletter