MIAM chapitre 2. Gagner sa croûte.

MIAM chapitre 2. Gagner sa croûte.

Par Julie Boudillon

Et moi, me diriez-vous, qui suis-je ? Devant qui passe Claudine tous les matins ? À qui parle-t-elle sans regarder ? Et comment je la connais aussi bien, comment je sais tout ça ?

Oui, je connais bien Claudine. Je sais où elle habite. Je connais ses petites habitudes et je pourrais vous décrire une journée typique de Claudine. Ou alors une journée idéale. Car je sais quand elle va bien et je sais quand elle va mal. Je travaille dans la boulangerie en face de son immeuble. Mon gagne-pain(1), c’est de vendre du pain. Et c’est moi qui lui en vends, à Claudine, tous les jours. Tous les jours, une baguette pas trop cuite. Tous les jours, un bonjour, et avec ceci, ce sera tout ? Quatre-vingt-quinze centimes s’il vous plaît. Au revoir, et merci.
Croyez-moi, vendre du pain à quelqu’un tous les jours, c’est le début d’une longue histoire. Vous avez déjà acheté du pain dans une boulangerie ? Une baguette ? Une vraie, avec de la farine dessus ? Une baguette tout juste sortie du four ? Et si oui, l’avez-vous fait régulièrement ? Le faites-vous, à l’heure où vous me lisez, de manière quotidienne ? Bon. Maintenant, si vous avez répondu oui à ces questions, en voici une autre : pouvez-vous décrire votre boulanger ou votre boulangère ? Que savez-vous de la personne qui se tient debout de l’autre côté du comptoir et qui vous tend invariablement la même baguette à la même heure, tous les jours ?
Je sais, ça fait deux questions. D’habitude, je n’en pose qu’une : « Et avec ceci ? » et puis je retourne au silence, jusqu’au prochain client. Pourtant, ce n’est pas parce que je parle peu que je ne suis pas là, pour de vrai(2), en train d’observer mes clients, et de comprendre quand ils sont heureux ou malheureux, en forme(3) ou fatigués, dès que la clochette de la porte de la boulangerie sonne et qu’ils ouvrent la bouche pour dire Bonjour-une-baguette-s’il-vous-plaît.

Et parmi tous mes clients, elle est là, fidèle, depuis des années maintenant. Sept exactement. Elle arrive à 9h13 et part à 9h15. Claudine. Claudine, si ponctuelle. La boulangerie se trouve en face de son immeuble et je peux la voir aller et venir, partir et rentrer, marcher d’un pas lourd comme aujourd’hui, ou sautiller(4) parfois comme une petite fille, même quand il pleut.

Oui, je travaille dans la boulangerie en face de son immeuble. Et ma vie a changé depuis qu’elle a poussé la porte du magasin pour la première fois, il y a sept ans. Mais ça, c’est une autre histoire…

Lexique
1. gagne-pain (n. m.s.) : travail
2. pour de vrai (expression enfantine) : en vrai, réellement
3. en forme : en bonne santé
4. sautiller (v.) : faire des petits sauts

téléchargez gratuitement la version imprimable de Feuilleton n°32

Je souhaite recevoir la newsletter