L’odeur du café, de Dany Laferrière

Par Christelle Ducrot

L’odeur du café est un des romans autobiographiques de l’auteur haïtien Dany Laferrière. Si vous le lisez, non seulement vous aurez envie de boire un bon café serré, mais tous vos sens seront transportés dans un autre espace-temps.

L’auteur se replonge en 1963, durant l’été de ses dix ans. Il habite avec sa grand-mère Da à Petit-Goâve, à quelques kilomètres de Port-au-Prince, la capitale de l’île. Le titre du roman s’explique par le fait que Da consomme et offre des cafés à ses visiteurs à longueur de journée. L’odeur de ce breuvage(1) est omniprésente dans l’univers familial.
Comme Dany est malade cet été-là, il doit rester au calme pendant une longue période. Privé de jeux et de camarades, le temps s’étire. Dany ne perd alors pas une miette(2) de tout ce qui s’agite autour de lui, qu’il s’agisse des gens ou de la nature.
Da connaît tout sur tout le monde. Elle passe quasiment(3) tout son temps dehors, sur une chaise, en surplomb(4) du village. Dépositaire(5) des petits et grands secrets, ‘’Da est sur la galerie aussi
fidèlement que le soleil se lève chaque matin’’. On vient à elle et on lui ouvre son coeur, et elle recueille
rancœurs(6) et rumeurs(7).
Les habitants de Petit-Goâve sont pour la plupart peu éduqués et très superstitieux(8), il y a donc beaucoup d’événements liés à ces croyances populaires.

L’auteur assiste à toutes ces discussions et ne se prive pas d’ouvrir lui aussi grand ses oreilles. ‘’Il entend tout, dit sa grand-mère, il ne faut rien dire devant lui, surtout quand il dort.’’

Ce livre est un amoncellement(9) de courtes anecdotes(10), avec des retours en arrière qui permettent de mieux comprendre le contexte de Petit-Goâve. Certains passages pourront paraître trop détaillés ou empreints(11) d’une réalité trop éloignée de la vôtre. Mais même si on retrouve un grand nombre de personnages tout au long du livre, on peut très bien avancer dans la lecture en sautant certains passages.
En quittant ce livre, on rêve d’avoir eu une grand-mère comme Da, personnage haut en couleurs(12), au caractère bien trempé(13), mais pleine de sollicitude(14) et de tendresse envers son petit-fils.


1. breuvage (n. m.s.) : boisson
2. ne perd alors pas une miette : enregistre tout
3. quasiment (adv.) : presque
4. en surplomb (loc. prép.) : au-dessus
5. dépositaire (n. f.s.) : personne qui garde
6. rancœurs (n. f.p.) : sentiments négatifs qu’on garde longtemps
7. rumeurs (n. f.p.) : nouvelles non prouvées
8. superstitieux (adj. m.p.) : qui croient à des éléments irrationnels
9. amoncellement (n. m.s.) : entassement, accumulation
10. anecdotes (n. f.p.) : petites histoires
11. empreints (adj. m.p.) : pleins de
12. haut en couleurs : original, spécial
13. bien trempé : très fort
14. sollicitude (n. f.s.) : soin attentionné

téléchargez gratuitement la version imprimable de Littérature francophone

Je souhaite recevoir la newsletter