Les gâteaux du cinéma

Je profite du thème de LCFF de ce mois-ci pour régaler ma gourmandise et je l’espère, la vôtre. En effet, le cinéma français regorge de trouvailles pâtissières qui pourront satisfaire vos yeux, vos oreilles et vos papilles. J’ai puisé(1) dans ces recettes cinématographiques et je compte bien vous en livrer le meilleur. Ma sélection est subjective, bien sûr, et elle n’a pas peur des collaborations : à côté de films uniquement français, j’ai choisi des coréalisations, tout simplement parce que la cuisine en général et la pâtisserie n’ont pas de frontière ; elles rapprochent souvent les êtres.


Le gâteau le plus féerique

C’est le cake d’amour que prépare Peau d’âne pour le Prince, son LCFF53 CINEMA amoureux, dans le film français Peau d’âne de Jacques Demy, réalisé en 1970. Jacques Demy s’est inspiré du conte de Perrault pour en faire une comédie musicale contemporaine. Lorsqu’il voit la belle Peau d’âne, le prince tombe malade d’amour. Il demande que sa bien-aimée lui fasse un gâteau. Ce qu’elle fait en chantant. Eh oui ! Peau d’âne, Catherine Deneuve chante la recette du « cake d’amour » , ainsi vous pouvez le préparer vous-même à la maison. C’est un simple quatre-quart, rempli d’amour, dans lequel elle glisse un cadeau, une bague. Le prince dit qu’il épousera celle dont le doigt correspondra à la bague. Je vous laisse savourer la fin ! Ce film scelle(2) la troisième collaboration entre l’anticonformiste Jacques Demy et la divine Catherine Deneuve.

Le gâteau le plus spectaculaire
C’est la pièce montée immense et très décorée conçue par Vatel, le cuisinier et pâtissier du roi Louis XIV. La mise en scène grandiose du film Vatel réalisé par Rolland Joffé et le jeu de Gérard Depardieu qui l’est tout autant servent à merveille les fêtes et les festins(3) fastueux(4) que Vatel organisait dans les châteaux de Vaux-le-Vicomte et de Chantilly. Le film est franco-britanico-belge et date de 2000. Le choix des acteurs est international et aussi diversifié que les mets(5) préparés !

Le gâteau le plus politique

C’est le Saint-Honoré crème Mémé que prépare Hortense Laborie au Président de la République dans le film Les saveurs du palais de Christian Vincent qui est sorti en 2012. Comme son nom l’indique, cette recette a été transmise à Hortense par sa grand-mère et le nom du gâteau est le même que la rue qui accueille le palais du président, l’Elysée, rue du Faubourg Saint-Honoré. Nous avions déjà parlé de ce film dans un article précédent. Une des rares fois où la politique a bon goût.

Le gâteau le plus traditionnel
C’est la fameuse bûche de Noël que ne veut pas manger Charlotte Gainsbourg et qu’une de ses sœurs, sous les traits6 d’Emmanuelle Béart, veut absolument faire goûter aux membres de la famille. Car Noël est une fête de famille. Mais quelle famille ! Complètement décomposée… Parviendront-il à manger cette fameuse bûche qui donne son nom à ce film français réalisé en 1999 par Danièle Thompson ?

Les gâteaux les plus hallucinants
Ce sont les gâteaux que confectionne Paulette, jouée par la toujours excellente Bernadette Lafont, autrefois pâtissière qui vit maintenant dans une cité HLM7. Avec sa maigre retraite8, elle ne parvient pas à joindre les deux bouts(9), alors elle décide de préparer de belles recettes avec pour ingrédient principal le cannabis ! Derrière son côté frivole(10) et comique, Paulette (réalisation Jérôme Enrico, 2013) raconte des faits proches de la réalité et une réalité bien triste : la pauvreté et le désarroi(11) de nombreux retraités.

Le gâteau le plus poétique
Ce sont les dorayaki de la vieille Tokue, ces pâtisseries traditionnelles japonaises composées de deux pancakes fourrés d’une pâte de haricots rouges confits. Ce film franco-germano-japonais de 2015 explore les relations entre Sentaro, Tokue et Wakana, tous les trois d’âge et d’expérience très différents. C’est la vieille Tokue qui transmet son savoir-faire et sa vision du monde poétique : pour elle, il faut « savoir écouter et regarder ce que racontent les haricots rouges ou bien encore les feuilles de cerisier ». Avec ses gâteaux, cette femme ouvre un véritable chemin vers la grâce et la leçon de cuisine devient une leçon de vie.

Vous pouvez vous aussi vous amuser à chercher des gâteaux dans le cinéma français…Dans ce cas, je vous souhaite bon appétit et surtout, n’oubliez pas que… le français, c’est du gâteau !

Lexique
1. ai puisé (v. puiser) : ai cherché, ai pris
2. scelle (v. sceller) : confirme
3. festins (n. m.p.) : repas de cérémonie
4. fastueux (adj. m.p.) : qu montrent la richesse
5. mets (n. m.p.) : plats
6. traits (n. m.p.) : visage
7. HLM : sigle pour «habitation à loyer modéré»
8. retraite (n. f.s.) : somme d’argent que l’on reçoit mensuellement quand on est à la retraite
9. joindre les deux bouts : être capable de payer toutes les factures
10. frivole (adj. m.s.) : léger, pas sérieux
11. désarroi (n. m.s.) : trouble, détresse, angoisse

téléchargez gratuitement la version imprimable de CINEMA 53

Je souhaite recevoir la newsletter