Les emprunts du français à l’anglais

Par Florence Teste

Le français est une langue vivante. À ce titre, elle s’enrichit très régulièrement de nombreux emprunts pris aux langues étrangères. Nous ne pouvons pas tous les citer mais voyons ici quelques cas d’emprunts à la langue anglaise.

Les mots qui appartiennent au domaine des technologies modernes
À l’heure actuelle, de nombreux mots qui désignent les technologies modernes sont en anglais. Aussi les utilise-t-on tels quels. Sauf… ordinateur : dans de nombreux pays, quelle que soit la langue, on dit « computer » ; mais pas en français !
À noter : lorsque l’on veut créer un nouveau verbe, on le fait toujours au premier groupe (-ER).

faire un skype – skyper : Ce matin, j’ai fait un skype avec mon amie qui habite en Australie.
avoir x likes – liker : LCFF a plus de 14.000 likes sur sa page Facebook.
un smartphone : J’ai téléchargé une nouvelle application sur mon smartphone.
une box : Ma box me permet de recevoir plus de deux cents chaînes de télé.
une start-up : Le créateur de cette start-up est aujourd’hui milliardaire.
faire le buzz : Cette vidéo de petit chat sur un piano a fait le buzz sur internet.
un podcast – podcaster : J’ai écouté un podcast des Mots de l’actualité sur le site de RFI.
un hashtag : Les adresses de Twitter commencent par un hashtag.
surfer : Il a surfé pendant des heures pour trouver de la documentation pour son exposé d’histoire.

Les changements de sens
Parfois, les mots empruntés restent exactement les mêmes que dans la langue d’origine mais ils changent de sens.
Ex : le mot week-end pourrait être traduit par fin de semaine. D’ailleurs, c’est ainsi qu’on dit au Québec. Mais en France, lorsque l’on dit « fin de semaine », il s’agit de la fin de la semaine travaillée (jeudi-vendredi) alors que le week-end désigne le repos (samedi-dimanche).
J’ai un rendez-vous avec de nouveaux clients en fin de semaine.
On part en week-end sur la Côte d’Azur .

un flash : La violente et brève lumière qui permet de prendre une photo dans l’obscurité.
un string :
Un sous-vêtement
un supporter :
Le mot « partisan » existe mais il aune connnotation politique (pas sportive).
un fan :
Un amateur
un pickpocket :
Un voleur qui opère directement sur sa victime (dans ses poches, son sac, …)
un hot-dog :
Un sandwich à la saucisse
un self-made-man :
Un homme qui s’est fait tout seul, qui a réussi par lui-même
un self, self-service :
Un restaurant, une cantine où l’on se sert soi-même
un slow :
Une danse lente
un spot de publicité :
Un film court qui fait la promotion d’un produit
un salle de shoot :
Une salle de consommation [de drogue] à moindre risque (SCMR)

Traduction :
Certains mots provenant de l’anglais sont utilisés tels quels car ils n’ont pas réellement d’équivalent en français ; ou bien ils en ont un mais on ne l’emploie jamais ou encore, la plupart des gens ne le connaissent pas.

Mots courants
Voici quelques mots courants en contexte.
un baby-boom : Les Français nés lors du baby-boom de l’Après-guerre seront bientôt tous à la retraite.
un bluff (bluffer) :
Il a gagné la partie de poker sur un coup de bluff.
un best-of :
Je viens d’acheter l’album best-of des chansons de Charles Aznavour.
un best-seller :
Le traité sur la tolérance de Voltaire est un best-seller depuis janvier 2015.
un tramway :
À Hong Kong, on peut voir l’un des tramways les plus vieux du monde.
un boss :
Mon boss m’a demandé de faire des heures supplémentaires la semaine prochaine.
un brainstorming :
On a fait un brainstorming pour trouver un nom au nouveau produit de notre marque.
un break :
Je suis vraiment fatigué ! On peut faire un break ?
un business :
Mon ami Fred vient de commencer un nouveau business avec la Chine.
un caddie /un pack  :
À cause de la chaleur, je suis allé au supermarché et j’ai rempli mon caddie de packs de bouteilles d’eau.
un club :
Je fais partie du club de football de mon village.
un coach :
Le coach de l’équipe de France était très content du dernier match.
un drive-in/ un hamburger / un fast-food :
J’ai acheté un hamburger au drive-in du fast-food.
feed-back :
Il m’a donné son feed-back après la réunion d’hier.
free lance :
Il a quitté son travail chez Axa et s’est lancé en free-lance.
un goal :
Grâce au goal, l’équipe a évité plusieurs buts.
un hall :
L’ascenseur se trouve à droite dans le hall.
un lobby :
Un lobby des cigarettiers s’oppose à l’augmentation du prix des cigarettes.
un recordman :
Florent Manaudou est le recordman mondial du 50m dos en natation.
le self-control :
Il est nécessaire de toujours garder son self-control et de ne jamais céder à la colère.
un show :
Dès qu’il est en public, Marc aime faire le show.
un skinhead :
Un skinhead a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur l’agression de M. K.
un snack :
À midi, je n’ai eu le temps que de prendre un snack.
un thriller :
Hitchcock est considéré comme le maître du thriller.

La prononciation des mots anglais en français
Les mot empruntés à l’anglais sont prononcés plus ou moins comme dans leur langue d’origine, surtout quand les sons concernés existent aussi en français. Quand ce n’est pas le cas, ils sont francisés.
Ex : le R anglais est prononcé comme en français (/ʁ/) : rush /ʁœʃ/
EA, EE sont prononcés /i/ : leader /lidœʁ/, dealer /dilœʁ/, week-end /wikɛnd/
le TH est prononcé /s/ : thriller /sʁilœʁ/
le I est prononcé /i/ ou /aj/, selon la prononciation anglaise : caddie /kadi/, live /lajv/
À l’inverse, on trouve parfois même une adaptation de la graphie à la prononciation :
le mot fuel est prononcé (/fjul/) mais on le trouve parfois écrit fioul, pour que la graphie représente mieux les sons.

téléchargez gratuitement la version imprimable de Lexique n°31

Je souhaite recevoir la newsletter