Le Tout Nouveau Testament de Jaco van Dormael

Par Romain Devaux

Que l’on croie en Jésus-Christ, Bouddha ou Allah, la religion est une chose très personnelle. D’un texte à l’autre, l’idée de Dieu change, à tel point que certaines personnes en arrivent à se faire leur propre idée de la religion. C’est le cas de Jaco Van Dormael, cinéaste belge, qui réinvente1 l’image du Créateur d’une manière très originale

Pour Jaco Van Dormael, Dieu est grand, bedonnant2 et antipaLe Pacte_ Terra Incognita_ Climax Films 1thique. Il a une calvitie naissante3 et passe ses journées à écrire les « Lois de l’emmerdement universel » pour tyranniser4 les Hommes. C’est donc Dieu qui a décidé qu’une tartine tombe toujours sur le côté beurré ; que la file d’attente que l’on choisit au supermarché est toujours la plus lente ; ou encore que le téléphone sonne au moment exact où on entre dans la baignoire. Bref, vous l’aurez compris, ce sont ces lois qui impliquent les petits désagréments5 journaliers qui finissent par nous gâcher l’existence.
Après Dieu, on nous présente sa famille. Sa déesse6 de femme est fan de base-ball. Elle collectionne les vignettes de ses joueurs préférés et nourrit un amour profond pour J.-C., son fils qui a décidé de fuguer7 il y a quelques milliers d’années dans le but de rejoindre le monde des humains. Enfin, le dernier membre de la famille est la fille de dieu, Ea. Tout comme son frère, elle décide de fuguer pour échapper à la tyrannie de son père. Une fois sur Terre, elle se met à la recherche de six apôtres qui l’aideront à écrire une version plus fraîche du Nouveau Testament pour rendre le monde meilleur.
Là encore, le réalisateur belge nous surprend ; les six apôtres choisis par Ea sont vraiment hors normes : un tueur à gage, une femme zoophile, une handicapée … et on s’arrêtera là pour garder la surprise.

Loin de la description du bienfaiteur8 faite par l’église, le Tout Nouveau Testament nous présente un dieu horrible ; un point de vue assez provocateur et même critique que nous livre le cinéaste. Quelle audace de s’attaquer à un thème aussi sensible et à un personnage aussi intouchable, diront certains ! Néanmoins, si l’on regarde au-delà du caractère divin des personnages, il reste une histoire de famille assez banale dans laquelle on retrouve un père alcoolique, une mère soumise et discrète et des enfants qui n’ont pas d’autre solution que de fuguer. Dans un Bruxelles sombre et pluvieux aux décors assez romanesques, l’histoire évolue pourtant de manière optimiste. Ce paysage dramatique est très vite égayé par la toute jeune Ea qui apporte un élan de fraîcheur, de couleur et de légèreté, redonnant espoir aux personnages jusque là abattus par la vie. Sans se vouloir trop philosophique, le film a des tendances philanthropiques9, laissant le spectateur se questionner sur la condition de l’Homme et de sa plus ou moins courte existence sur Terre.

Avec un casting franco-belge de choix : Benoît Poelvoorde, Yolande Moreau, Catherine Deneuve, François Damiens, et des acteurs moins connus, le réalisateur réussit un joli coup marketing et propulse le film en tête du box office.
Léger, prenant et rythmé grâce à une bande son de qualité, ce long métrage a toutes les chances d’entrer dans les films cultes du cinéma francophone.

Lexique
1. réinvente (v. réinventer) : inventer une nouvelle fois
2. bedonnant (adj. m.s.) : qui a un gros ventre
3. calvitie naissante : début de la perte des cheveux
4. tyranniser (v.) : exercer un pouvoir autoritaire et cruel
5. désagréments (n. m.p.) : difficultés, problèmes
6. déesse (n. f.s.) : dieu féminin
7. fuguer (v) : s’échapper, partir
8. bienfaiteur (n. m.s.) : celui qui fait le bien
9. philanthropiques (adj. f.p.) : qui veulent améliorer la vie

téléchargez gratuitement la version imprimable de Cinéma#35

Je souhaite recevoir la newsletter