Le grand Bleu

par Odile Esposito

Voici un film qui fait vraiment partie des classiques du cinéma français. Sorti en 1988, il a bouleversé le cinéma traditionnel, proposant une vision très différente que ce soit dans le rythme, dans le cadrage novateur(1) ou dans le rôle essentiel du son. Luc Besson n’était alors qu’au début de son art, début extrêmement prometteur(2) pour la suite…

Jacques Mayol et Enzo Molinari sont des champions de plongée en apnée(3). Ils se connaissent depuis l’enfance et leur relation oscille(4) entre féroce compétition et sincère amitié. Ils partagent la même passion de la mer et comprennent parfaitement ce que l’un et l’autre peut ressentir.
À la fin des années 1980, le championnat du monde d’apnée No Limit se déroule en Sicile, à Taormina. Les deux hommes s’y retrouvent. Cela fait 20 ans qu’ils ne se sont pas vus mais la compétition est toujours présente, ainsi que la complicité. Ce film constitue un véritable voyage. Tout d’abord parce que l’action se déroule en plusieurs endroits de la planète, et notamment sur de merveilleux rivages méditerranéens, mais aussi grâce aux différentes atmosphères qu’on y rencontre. Luc Besson, par son cadrage inhabituel pour l’époque, crée des ambiances qui transportent le spectateur avec simplicité et efficacité. Devant ces images, les sentiments s’enchaînent : l’excitation, la peine, l’angoisse, la peur, la tendresse…

L’univers à la fois poétique et terrifiant du monde sous-marin s’ouvre tout d’un coup au grand public. Pour la première fois dans le cinéma français, la bande son(5) occupe une place majeure. D’ailleurs, elle est doublement récompensée par le César (équivalent de l’Oscar des États-unis) du meilleur son et de la meilleure musique en
1989. C’est simple, je pense que tous ceux qui étaient adolescents à cett e époque ont acheté la cassette ou le CD de la bande originale du
film…Toute une ambiance !

Des plans originaux, des atmosphères variées, une histoire à la fois brutale et poétique, tous les ingrédients étaient réunis pour que le talent de Luc Besson s’exprime et touche un large public.
Pour notre plus grand plaisir, il poursuivra avec, Nikita, Léon, Le cinquième élément, tous marqués de son style bien reconnaissable.

    1.    novateur (adj. m.s.) : qui apporte des nouveautés
    2.    prometteur (adj. m.s.) : qui annoncent une belle suite
    3.    apnée (n. f.s.) : plongée sans bouteille
    4.    oscille (v. osciller) : va de… à …., varie entre
    5.    bande son : partie sonore du film (musique, bruitages…)

 

téléchargez gratuitement la version imprimable de LCF#25_cinema

Je souhaite recevoir la newsletter