La Révolution française

par Romain Le Roux

La Révolution française est l’événement fondateur de la France contemporaine. Petit retour sur dix ans qui ont changé la France.

Le 14 juillet 1789, le peuple de Paris s’empare(1) de la Bastille, prison royale de Paris. C’est le début symbolique de la Révolution française. Mais tout commence vraiment quarante ans plus tôt, avec des philosophes comme Montesquieu et Jean-Jacques Rousseau.

Le premier parle de « séparation des pouvoirs », le second d’ « égalité entre les hommes ». Dans une France dominée depuis des siècles par un absolutisme royal(2) dit de « droit divin », leurs idées libérales se diffusent dans le pays. Malgré tout, la société française reste autoritaire et très inégalitaire à la veille de la Révolution.  90 % des R_volutionFrançais sont des paysans qui travaillent, payent l’impôt et sont menacés par une justice arbitraire(3).
Au cours des années 1780, une crise économique frappe le pays avec des récoltes agricoles catastrophiques. L’impôt, lui, ne baisse pas. Un peu partout en France la colère grandit… Tout s’accélère à l’été 1789. Avec la prise de la Bastille, le petit peuple parisien s’affirme comme un acteur politique. La peur s’installe et les rumeurs(4) les plus folles courent à travers le pays. Les nobles, paniqués, sont nombreux à quitter la France. Sous la pression populaire, les privilèges de la noblesse et du clergé (les religieux) sont abolis(5) lors de la nuit du 4 août 1789. L’égalité civile et fiscale est proclamée, le Roi ne peut que s’incliner(6). Le 26 août, la Déclaration des droits de l’Homme est proclamée(7). Égalité devant la loi, liberté et droit à la propriété pour tous en sont les fondements. Les bases de la nouvelle société sont posées. La Révolution, pourtant, ne fait que commencer.

Partisans (ceux qui sont pour) et adversaires (ceux qui sont contre) de la Révolution s’opposent au sein d8’une assemblée provisoire(9). Celle-ci hésite sur la place à accorder au Roi. Mais la confiance entre le roi et le peuple est rompue après sa tentative de fuite(10) en juin 1791. Le 10 août 1792, la prise des Tuileries, résidence royale de Paris, consacre la chute définitive de la royauté. Louis XVI est exécuté publiquement le 21 janvier 1793 à Paris. Avec lui, s’éteint la perspective d’une monarchie constitutionnelle.

Une nouvelle assemblée est élue : la Convention. A peine élue, elle doit faire face à une guerre sur ses frontières contre une coalition(11) des monarchies européennes menée par l’Angleterre. La guerre est aussi intérieure, dans les régions restées fidèles à la royauté. C’est l’époque des coups d’état(12), des  assassinats et de la Terreur, véritable dictature mise en place par Robespierre au nom de la guillotine3Révolution. Pour mettre fin à cette instabilité meurtrière, une nouvelle autorité est mise en place en 1795 : le Directoire. Cinq directeurs élus par une assemblée héritée de la Convention dirigent le pays. Mais une fois encore, le pouvoir est contesté. En 1797, un
nouveau coup d’état provoque le retour de l’anarchie.

La même année, un certain général Bonaparte revient victorieux de la campagne d’Italie contre l’Autriche. C’est le début de l’ascension(13) de celui qu’on appellera un jour Napoléon.  Menacée, la République va s’en remettre à(14) un « sauveur ». Le coup d’état du 9 novembre 1799
accélère la chute du Directoire et  la naissance d’un Consulat, avec à sa tête Bonaparte. Renonçant(15) à son idéal démocratique, la Révolution consacre un pouvoir militaire, fort et personnel. Rétablissant l’ordre et la paix, extrêmement populaire, le Premier Consul devient Consul à vie en 1802 et enfin empereur en 1804.

C’est le début d’un règne autoritaire qui durera plus de dix ans. La Révolution est terminée, place à l’Empire. Mais ça, c’est une autre histoire…

1. s’empare de (v. s’emparer) : prend par la force
2. absolutisme royal : système où c’est le roi qui décide de tout
3. arbitraire (adj. f.s.) : inégale, variable
4. rumeurs (n. f.p.) : ce que disent les gens
5. abolis (adj. m.p.) : annulés, terminés, abandonnés
6. s’incliner (v.) : accepter la situation
7. proclamée (adj. f.s.) : déclarée
8. au sein de : dans, au milieu de
9. provisoire (adj. f.s.) : temporaire, qui ne durera pas
10. sa tentative de fuite : le roi a essayé de partir loin
11. coalition (n. f.s.) : alliance, association
12. coups d’état : prises de pouvoir non démocratiques
13. ascension (n. f.s.) : la montée en puissance
14. s’en remettre à X : laisser X décider à sa place
15. renonçant (part.prés. v. renoncer) : abandonnant

Une réflexion sur “ La Révolution française ”

Les commentaires sont fermés.