La promesse d’une vie sans paludisme

Par  Naïma LAHFAIRI

C’est le défi que tentent de relever deux chercheurs africains. « Continuer à se laver » pourrait bien être la solution pour lutter contre le paludisme. Chaque minute, un enfant meurt de cette maladie, elle est la première cause de mortalité en Afrique subsaharienne(1) et à ce jour, aucun vaccin n’est disponible.

faso-soapMoctar Dembélé et Gérard Niyondiko sont étudiants à l’Institut international de l’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) à Ouagadougou au Burkina Faso. Ils viennent d’inventer un savon anti-paludisme à base de karité, de citronnelle, et d’herbes répulsives(2) : le « Faso soap ». Il permet d’éloigner les moustiques et de tuer leurs larves(3) empêchant ainsi la prolifération(4) du plasmodium dans les eaux stagnantes(5).

Cette création pourrait bien changer le quotidien de millions de personnes et pas seulement en Afrique. Appelée aussi malaria, cette maladie infectieuse sévit également dans d’autres régions du monde : en Asie, dans les Antilles, en Amérique centrale et en Amérique du sud. Présenté sous forme de savonnette, le « Faso soap » sera accessible au plus grand nombre puisqu’il sera vendu au prix local d’un savon, soit 0,46€. Une chance quand on sait que le paludisme touche essentiellement les pays pauvres. Contrairement aux vaccins(6)et autres traitements, nul besoin de faire des campagnes de sensibilisation lourdes et coûteuses, le « Faso soap » s’inscrit parfaitement dans les gestes du quotidien. Ce savon est utilisable pour la toilette mais également pour la lessive, de nombreux tests ont été réalisés à Ouagadougou !

Ce projet innovant a été primé(7) par l’Université de Berkeley en Californie lors de la Global Social Venture Competition. Moctar Dembélé et Gérard Niyondiko sont les premiers lauréats non américains de ce célèbre concours.  Cette victoire leur permet aujourd’hui de créer leur entreprise et de commercialiser leur
savon anti-palu.

L’impact pourrait être considérable, l’espoir tient au fait que le Faso Soap soulagerait et délivrerait efficacement l’Afrique et le reste du monde des ravages du paludisme. La mortalité infantile diminuerait très largement.  Il ne nous reste plus qu’à souhaiter bonne chance à nos deux héros dans leur aventure humaine. Qui sait, ils seront peut-être un jour « Prix Nobel de la paix » !

1. subsaharienne (adj. f.s.) : en dessous du Sahara
2. répulsives (adj. f.p.) : qui repoussent, qui  éloignent
3. larves (n. f.p.) : œufs d’insectes
4. prolifération (n. f.s.) : multiplication
5. stagnantes (adj. f.p.) : immobiles, qui ne   bougent pas
6. vaccins (n. m.p.) : produits qui empêchent  d’attraper une maladie
7. primé (part. passé. v. primer) : récompensé,  obtenu un prix

 

téléchargez gratuitement la version imprimable de Afriques N° 18

Je souhaite recevoir la newsletter

3 réflexions sur “ La promesse d’une vie sans paludisme ”

  1. Ping : Scott Yancey

Les commentaires sont fermés.