MIAM : chapitre 7. C’est pas de la tarte.

MIAM : chapitre 7. C’est pas de la tarte.

Par Julie Boudillon

7. C’est pas de la tarte.

Ils ont gardé le silence quelques instants, visiblement fiers de leur effet. Au bout de quelques secondes, je ne savais toujours pas si je devais à nouveau parler, ou les laisser continuer leur présentation plutôt originale. C’est l’homme à l’accent turc qui a finalement brisé la glace.

« Nous sommes les membres fondateurs du MIAM. Nous voyageons dans le monde entier pour recruter des cuisiniers talentueux. Notre mission est de sauver, pendant qu’il est encore temps, la cuisine.
– Oui, la cuisine se meurt, a continué l’homme de Londres (ou était-ce de Cambridge ?) ».
Les mains sagement posées sur la table, j’écoutais attentivement, très impressionné par leurs révélations et par tous ces événements qui s’enchaînaient dans cette folle nuit.
«  La gastronomie est flagada(1), a-t-il continué. La cuisine est raplapla(2). Les gourmets sont fatigués, les gourmands sont mécontents. Les recettes se suivent et se ressemblent. A tous les coins de rue, des macarons marrants(3), des blanquettes(4) à la chaîne et des bouillabaisses(5) pleines de graisse … Où est la créativité ? L’inventivité ?
– Mais Claudine dans tout ça ? ai-je continué, en me disant que c’était peut être malpoli de répondre à une question par une autre question.
– Claudine est notre nouvelle recrue(6), a répondu la femme à l’accent hispanique. Nous repérons des cuisiniers talentueux à travers le monde et nous les recrutons dans le plus grand secret. Nous passons un pacte(7) avec eux : en intégrant le MIAM, ils doivent collaborer à l’émergence(8) d’une cuisine plus innovante, plus passionnante, moins sclérosée(9). En échange, nous leur apportons nos savoir-faire et les techniques propres à nos pays d’origine. La cuisine n’est jamais aussi fantastique que lorsqu’elle s’ouvre au monde !
– Nous étions venus lui rendre visite quand nous vous avons repéré, a précisé la femme à l’accent russe. Nous sommes désolés de vous avoir assommé(10), mais nous n’avions pas le choix. Claudine est une personne très nerveuse, il faut la laisser travailler tranquillement. Personne ne sait qu’elle est une activiste du MIAM. Mais d’ailleurs, qui êtes vous, jeune imprudent ?
– Je suis le boulanger de Claudine, et je …
– Boulanger ?! s’est exclamé l’homme à l’accent marocain. Nous avons un boulanger ! ».
– Comment ça, ils ont un boulanger ? me suis-je immédiatement dit. Mais je n’ai pas eu le temps de leur poser la question. La femme à l’accent chinois s’est précipitée sur moi, les bras grands ouverts, en s’écriant :
– Bienvenue au MIAM, cher ami ! ».

Lexique
1. flagada (adj. f.s.) : molle, sans relief, sans intérêt
2. raplapla (adj. f.s.) : molle, sans relief, sans intérêt
3. marrants (adj. m.p.) : drôles, amusants
4. blanquettes (n. f.p.) : plats traditionnels à base de veau
5. bouillabaisses (n. f.p.) : plats traditionnels à base de poissons
6. recrue (n. f.s.) : personne nouvellement embauchée
7. pacte (n. m.s.) : accord, contrat
8. émergence (n. f.s.) : création, arrivée
9. sclérosée (adj. f.s.) : immobile, bloquée, coincée
10. assommé (adj. m.s.) : tapé sur la tête