KALI Quand la musique éveille les mentalités

par Rémi Orzalesi

Une mélodie entraînante, le rythme des percussions et une joie de vivre communicative, cette musique est celle des îles. En Martinique c’est la biguine, et l’un de ses principaux représentants s’appelle Kali.

timthumb.php
timthumb

Kali fait partie de ces artistes pleinement dévoués(1) à leur musique : il est né pour chanter haut et fort son optimisme et ses valeurs. Il joue comme pour perpétuer(2) une musique et un état d’esprit, il se laisse inspirer par la musique traditionnelle des Antilles et d’illustres(3) artistes comme Loulou Boislaville ou Alexandre Stellio.  À contre-courant(4) du zouk, la musique la plus répandue en Martinique, il chante ses Racines (titre de son troisième album) à travers une musique enjouée(5) qui reste tout de même engagée.

Ses textes traitent de respect, d’humanité, d’égalité des peuples. En plus de 40 ans, il a réalisé seize albums et a connu de nombreux succès comme Monté la riviè, Pan patchew,  ou plus récemment C’est l’éveil.

Entretien
Kali a accepté de répondre à un entretien exclusif pour notre magazine.

R.O. – Si l’on rassemble tes chansons, quels messages essentiels voudrais-tu que l’on en
retienne ?

Kali – Avec du recul, toutes mes chansons parlent de liberté : Reggae dom-tom, Freedom morning, Racines, etc. Cette liberté d’exister, que l’on soit noir, blanc ou rouge dans une fraternité universelle avec chacun nos différences. C’est cet amour que je voudrais que l’on retienne.

R.O. – Si tu devais représenter ta musique par une couleur, laquelle serait-ce ? Vert pour
l’espoir, orange pour la chaleur, marron pour la terre ?

Kali – Pour nous, Rastas, ce serait rouge pour le sang, jaune pour la lumière et vert pour l’espoir. Mais à l’image de ma musique, qui est le résultat de toutes les influences dont j’ai bénéficié, et vu mon métissage incroyable, ce serait plutôt une multitude de petits points de toutes les couleurs, bien sûr chaudes et festives !

R.O. – Tu as toujours été un défenseur de la francophonie. D’après toi, quel est le meilleur moyen pour y participer de nos jours ?

Kali – Un jour que je discutaillais6 avec ma grand-mère, je lui expliquais que je n’étais pas français mais martiniquais. De son côté, elle me disait qu’elle était bien française et fière de l’être. Cela me faisait enrager car j’étais en pleine révolte, à la recherche de mon identité. Alors elle m’a répondu : « Oui ! Je suis et serai toujours avant tout martiniquaise, mais aussi fière de cette culture française, donc je suis française ! » C’est là que j’ai compris ce que voulait dire « francophonie » et que j’ai commencé à écrire mes premières chansons en français. Il faut dire que cela m’a ouvert la porte de bien des « Z’oreilles », dans les deux sens du terme (zoreilles est le terme qui désigne les Européens en Martinique).Capture d’écran 2014-06-19 à 12.43.50
Paradoxe : à mes concerts, il y a une grande participation des Européens qui vivent dans nos départements d’outre-mer. En Afrique, beaucoup de pays parlent français ; il faut donc continuer à chanter en français puis mélanger tout ça,  afin que tous comprennent. C’est tellement mieux quand on comprend les paroles…

R.O. – Dans le cadre de la francophonie, y aurait-il une initiative que tu voudrais soutenir ?

Kali – Nous voyageons beaucoup autour du monde et souvent grâce à l’Alliance Française qui est un peu partout. Chaque fois, il y a vraiment un partage des cultures qui est très bénéfique pour chacun. Tout cela entre dans le cadre de ce dont je parlais tout à l’heure : la fraternité universelle.

R.O. – C’est l’éveil est le titre de ton dernier
album. Est-ce un présage7, un souhait ou rêve ?

Kali – En fait c’est une réalité, chacun va vers le spirituel à sa manière, que ce soit en faisant du yoga, en lisant des trucs sur la santé, sur l’amour, le bien-être, d’autres découvrent de nouvelles joies dans la simplicité de vie, dans le bouddhisme, le développement personnel, dans le bénévolat8 humanitaire, etc. Partout autour de nous, il y a un besoin d’affirmation de soi et d’appartenance au Tout. Je pense qu’il y a vraiment un éveil des consciences qui prend son temps, mais qui avance sûrement. C’est une progression inexorable(9) !

R.O. – Quelle est la recette d’un tel optimisme ?

Kali – C’est l’envie que tout aille bien, que la vie sur terre soit agréable pour tous, que nous changions nos vieilles habitudes et que nous redevenions Dieu. Chacun l’appelle comme il veut, ou ne l’appelle pas, mais c’est  toujours le même qui est en nous.

1. dévoués (adj. m.p) : fidèles, loyaux
2. perpétuer (v.) : faire durer
3. illustres (adj. m.p.)  : célèbres
4. à contre-courant : à l’inverse de la tendance générale
5. enjouée (adj. f.s.) : gaie, joyeuse
6. discutaillais (v. discutailler) : discutais, bavardais
7. présage (n. m.s.) : prémonition, prédiction
8. bénévolat (n. m.s.) : action d’aide faite sans demander de paiement
9. inexorable (adj. m.s.) : qu’on ne peut pas empêcher

téléchargez gratuitement la version imprimable de musique n 20

Je souhaite recevoir la newsletter