Entretien exclusif avec Anna Gavalda

Entretien exclusif avec Anna Gavalda

par Krystelle Jambon

Quel rapport entretenez-vous avec la langue française ?
Passionnel ? De lutte, à cause de l’orthographe ?

La langue française est ma meilleure amie, ma confidente(1), ma consolante(2), ma boîte à outils, ma rustine(3), ma trousse de secours, ma dope(4), ma pote(5), mon mac(6), mon dealer, ma terre nourricière et ma danseuse.

Je n’ai jamais eu la télévision et n’écoute pratiquement jamais de musique car la langue française, qui vit en moi, est envahissante(7) et assourdissante(8). En ce qui concerne l’orthographe, j’ai tellement à en dire que j’ai préfacé l’ouvrage L’orthographe pour les nuls. En substance : ce n’est pas grave de commettre des fautes, moi-même je suis un cancre(9) et pourtant, je suis devenue écrivain, mais c’est grave de ne pas douter de son orthographe et de ne pas chercher à l’améliorer, car un texte sans la moindre faute, c’est vraiment la classe…

Vous, grande lectrice des classiques (Hugo, Maupassant,
Dickens… entre autres), comment trouvez-vous la langue
française du XXIe siècle ? Riche ? Elle s’appauvrit au
contraire ? Comment évolue-t-elle ?

Je ne sais pas. Comme je viens de vous le dire, j’entretiens avec elle des rapports très passionnels et je l’aime comme elle est. Je n’ai pas le sentiment qu’elle s’appauvrit, bien au contraire. Elle est vivante, elle mue(10).
Portrait Anna Gavalda D.R. - 3
Êtes-vous nostalgique d’une époque où cette langue était mieux parlée, mieux maîtrisée ?

Ce n’est pas trop ma « cup de tea » la nostalgie, mais je reconnais que lorsque j’entends quelqu’un parler une belle langue, riche, imagée, précise, je reste pétrifiée(11) d’émerveillement. Une interview d’Emmanuel Guibert par exemple (auteur de bandes dessinées et de livres) est un grand moment de bonheur. Il n’est ni précieux ni poseur, simplement il emploie toujours le mot exact, que ce soit sur le plan sémantique, lexicographique, intellectuel et émotionnel. J’écoute beaucoup France Culture et une émission comme À voix nue permet heureusement d’entendre souvent de grands serviteurs de la langue française.

Vous étiez professeur de français. Comment transmettre cet intérêt pour la langue française aux élèves les plus récalcitrants ?

En leur parlant bien, d’eux-mêmes et du monde qui les entoure. Il n’y a rien à apprendre en ce qui concerne l’élégance, il suffit de donner l’exemple. D’essayer, du moins.

Quel conseil donner à un étranger qui débute dans l’apprentissage du français ? Quels meilleurs moyens pour apprivoiser(12) cette langue?

Tomber amoureux d’un ou d’une indigène(13). Ce n’est pas le seul moyen, mais c’est vraiment le meilleur ! Et de loin !

Comment étoffez(14)-vous votre vocabulaire ?

Je ne porte pas d’écouteurs dans les transports en commun, j’écoute le monde, les mondes, et je collectionne les dictionnaires. Sur tous les sujets et de toutes les époques.

Le cordonnier(15) le plus mal chaussé ? Dans la vie de tous les jours ? Prêtez-vous attention aux mots que vous choisissez dans vos SMS, mails, post-it griffonnés(16) sur la table ?

Ben ouais tiens… grave je contrôle tt F7 pour pas risquer un genre de fail.

signature
BIBLIOGRAPHIE

1999 : Je voudrais que quelqu’un  m’attende quelque part
2000 : Ceux qui savent comprendront
2001 : L’échappée belle
2001 : La moitié d’un confetti
2002 : Je l’aimais
2002 : 35 kilos d’espoir
2002 : Un secret trop secret
2004 : Ensemble, c’est tout
2005 : À leurs bons cœurs
2005 : Ma vie, un poil plus belle
2008 : La consolante
2009 : Nos petites écailles…
2009 : Coeur perdu coeur trouvé
2010 : Désordre et sentiments
2013 : Billie
2014 : La vie en mieux

1. confidente (n. f.s.) : personne à  qui on confie ses secrets
2. consolante (n. f.s.) : personne qui réconforte quand on est triste
3. rustine (n. f.s.) : pièce qui permet  de réparer un pneu crevé
4. dope (n. f.s. familier) : drogue
5. pote (n. m.s. familier) : ami
6. mac (n. m.s. familier) :  abrégement pour «maquereau»,  c’est-à-dire celui qui impose, qui donne les ordres
7. envahissante (adj. f.s.) : qui prend beaucoup de place
8. assourdissante (adj. f.s.) : qui fait beaucoup de bruit
9.  cancre (n. m.s.) : mauvais élève
10. mue (v. muer) : change,  se transforme
11. pétrifiée (adj. f.s.) : très fortement impressionnée
12. apprivoiser (v.) : devenir ami, se familiariser
13. indigène (n. m. ou f.s.) : personne qui est née à cet endroit
14. étoffez (v. étoffer) : élargissez,  enrichissez
15. cordonnier (n. m.s.) : personne  qui répare les chaussures. Ici, la référence au proverbe « ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés » indique que  bien que le français soit l’objet principal de sa profession, elle pourrait ne pas donner d’importance à la forme des mots.
16. griffonés (adj. m.s.) : écrits de   manière rapide et peu précise

 

téléchargez gratuitement la version imprimable de Livres N°17

Je souhaite recevoir la newsletter