En attendant Godot de Samuel Beckett

En attendant Godot de Samuel Beckett

par Claire Billiet

L’histoire
Dans cette pièce de théâtre écrite en 1948, deux clochards(1), Vladimir et Estragon, attendent quelqu’un qu’ils appellent Godot sur une route de campagne. On ne saura pas qui il est, ni pourquoi ils passent leurs journées à l’attendre, mais ils semblent espérer qu’il apportera du changement dans leur vie.

©Vrahbani
©Vrahbani

Sur la scène, il ne se passe rien, ou presque, les deux personnages se disputent quelquefois, ils inventent des distractions pour patienter et parlent pour combler(2) le silence. Ils reçoivent la visite d’un autre duo, Pozzo et son esclave Lucky, tenu en laisse(3), qui ne savent pas non plus ce qu’ils font là. Ils n’ont pas de raisons de continuer, ni d’arrêter, et finalement ils reviennent le lendemain faire exactement la même chose, sans se rappeler qu’ils sont déjà venus. Leurs courts dialogues sans queue ni tête(4) n’aboutissent à aucune explication, aucune décision.

Cinquante ans après la création du personnage tyrannique(5) et grotesque(6) du père Ubu par Alfred Jarry, les écrivains irlandais Samuel Beckett ou roumain Eugène Ionesco reprennent, en français, l’écriture de pièces absurdes pleines à la fois de gravité et de
dérision(7).

Biographie
Samuel Beckett, prix Noël de littérature, est né en Irlande en 1906 dans une famille riche. Il étudie le français à l’université et il est pendant quelque temps l’assistant de l’écrivain James Joyce qui l’influence beaucoup. Il s’installe à Paris un peu avant la Deuxième guerre mondiale et publie des textes en français et en anglais dont les plus connus sont ses pièces de théâtre absurde.

VLADIMIR : « Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »
ESTRAGON : « On attend. »
VLADIMIR : « Oui, mais en attendant ? »

Bibliographie

  • En attendant Godot, Éditions de Minuit, 1952
  • Oh les beaux jours, Éditions de Minuit, 1953
  • Fin de partie, Éditions de Minuit, 1957

 

1. clochards (n.m.p.) : vagabonds, personnes qui vivent dans les rues
2. combler (v.) : remplir
3. tenu en laisse  : attaché au bout d’une corde, comme les chiens
4. sans queue ni tête (expression) : qui n’a aucun sens, aucune logique
5. tyrannique (adj. m.s.) : très autoritaire, despotique, dictatorial
6. grotesque (adj. m.s.) : ridicule et absurde
7. dérision (n. f.s.) : drôlerie, moquerie

téléchargez gratuitement la version imprimable de Littérature francophone N°15

Je souhaite recevoir la newsletter