Émilie Simon

Par Rémi Orzalesi

Émilie Simon est une chanteuse française, qui a étudié la musique à Montpellier. D’album en album, elle nous présente les facettes(1) complexes d’un personnage passionnant, entre musique de film avec des sons naturels pour la bande originale de La marche de l’empereur, à l’électro de Big Machine, ou la poésie de l’album Francky Knight.
Émilie Simon a eu la gentillesse de répondre à nos questions.

Vous avez fait le conservatoire et vous jouez de nombreux instruments, lequel est votre préféré ?
Je les aime tous, mais j’ai tendance à préférer le clavier. Dans tous les sens du terme : le synthé(2), le piano…

Votre dernier album s’appelle Mue(3), en quoi pensez vous qu’il soit différent des précédents ?
Ils sont tous très différents les uns des autres, chaque album exprime une sensibilité différente. Ils racontent tous quelque chose, pas forcément une histoire, mais plus un état d’esprit, une poésie ou une énergie particulière. Le dernier album est très lié à Paris, c’est un regard sublimé(4) de la ville, un fantasme parisien. Je voulais qu’il représente le Paris que je connais mais aussi le Paris tiré de l’inconscient collectif, celui du Romantisme avec un grand « R », des grands poètes, un Paris magique plein d’étoiles, de dorures(5) et de magie. C’est ce Paris qui a influencé les textes et les arrangements de ce dernier album.

Lisa Carletta
Lisa Carletta

Vous vivez à New York, est-ce l’éloignement qui vous donne envie de parler de Paris ?
Les villes, comme les gens, changent. On peut, à un moment, ne plus être en phase puis y revenir. C’est vrai que lorsque j’habitais à Paris, aucune chanson ne m’est venue sur Paris. Mais c’est aussi le fait d’avoir vu d’autres choses, d’avoir voyagé, habité ailleurs.
Quand on parle avec des étrangers, on voit notre ville à travers leur prisme(6) et c’est intéressant car quand on revient, il y a autre chose qui émane(7) de cette ville.

Avez-vous été confrontée à cette image de l’étrangère venue de France?
Je n’ai pas eu l’impression que l’on m’ait collé une étiquette, la nationalité n’est pas la seule chose qui nous définit. Il y a une certaine curiosité à écouter chanter en français, ça attire de nombreux francophones, des personnes qui s’intéressent à la langue française et d’autres qui sont touchées par la musique au-delà des paroles.

Vous écrivez vos chansons en français et en anglais. Que vous apporte chacune des langues ?
Le principe de s’exprimer dans sa langue natale est déjà fort en soi. Parce qu’on s’est construit dans cette langue, avec ses racines, avec cette culture, on a donc un rapport aux mots plus profond. J’adore chanter en français, c’est une langue très belle, très sensuelle, qui permet des subtilités. Mais il est aussi agréable d’écrire dans une autre langue car justement, on se sent dégagé du poids des mots, on a une distance qui peut être libératrice. Et chaque langue amène sa mélodie. Le choix de la langue est comme un choix des instruments, le mot est un élément qui fait partie de l’équilibre de la chanson.

Vos chansons parlent d’amour, de princesse, de chevalier et de « lovers ». Comme le Paris que vous décrivez, être-vous romantique ?
Le mot « romantique » a été banalisé(8). Mais davantage dans le sens Romantique, comme l’époque Romantique, la poésie et la musique Romantique, on y retrouve quelque chose de beau, d’épique(9).

Si vous deviez conseiller à nos lecteurs le cadre idéal pour écouter votre album, lequel serait-il ?
Ce serait la nuit, en traversant de grands espaces, peut-être entre Paris et Montpellier !

Lexique

1. facettes (n. f.p.) : aspects
2. synthé (abréviation de synthétiseur) : piano électronique
3. mue (n. f.s.) : changement de peau,
renouvellement
4. sublimé (adj. m.s.) : idéalisé
5. dorures (n. f.p.) : éléments de décoration
couverts d’or
6. prisme (n. m.s.) : objet qui modifie la vision quand on regarde dedans
7. émane (v. émaner) : se dégage, ressort
8. a été banalisé (v. banaliser, passif) : est devenu ordinaire, a perdu de sa valeur
9. épique (adj. m.s.) : qui relève d‘un récit
poétique et merveilleux

téléchargez gratuitement la version imprimable de Portrait

Je souhaite recevoir la newsletter