De rouille et d’os de Jacques Audiard

par Marion Munoz & Alex Flacoute

Malgré un festival de Cannes 2012 sans surprise qui a décerné la Palme d’or au film Amour de Michael Haneke (en salle le 24 octobre), notre attention s’est portée sur le dernier film de 
Jacques Audiard, De rouille et d’os, avec notamment Marion Cotillard à la distribution. Retour sur un film dur, qui laisse des traces.

Roger Arpajou Why Not Productions
Roger Arpajou Why Not Productions

Un titre intriguant, une histoire originale. Stéphanie (Marion Cotillard) est dresseuse d’orques(1) au 
Marineland d’Antibes. Elle aime plaire aux hommes et vit sa vie comme elle l’entend(2).
Ali (Matthias Schoenaerts) est un homme perdu, sans domicile fixe et sans argent. Avec Sam, son fils qu’il connaît très peu, il habite chez sa sœur et il prend un emploi de videur(3) dans une discothèque. Il rencontre Stéphanie à la sortie du club où il travaille et la raccompagne chez elle. L’histoire entre eux ne va pas plus loin.
Arrive l’accident. Un spectacle au Marineland tourne mal, Stéphanie perd ses jambes. Clouée(4) dans un 
fauteuil, elle ne sort plus et n’a plus aucune vie sociale,  jusqu’au jour où elle décide d’appeler Ali.
Elle va peu à peu rentrer dans son monde, sauvage et brut(5). Des liens vont naître douloureusement 
entre ces deux êtres, au rythme des combats de « free fight » d’Ali. D’abord troublée, puis fascinée par cet univers violent, elle va se surprendre à exorciser(6) sa colère et sa frustration à travers lui.
Sur la forme, Audiard choisit une mise en scène épurée(7), avec peu de dialogues, et joue sur le contraste
des images, en enchaînant une scène de combat avec une scène très poétique où Stéphanie fait danser une orque.

Un film servi par deux acteurs touchants(8) et sincères, qui montre que la rage de vivre et l’espoir de ces deux écorchés vifs(9) l’emportent sur les épreuves de la vie.

1. dresseuse d’orque : elle entraîne des orques à faire des exercices dans un bassin
2. comme elle l’entend : à sa façon, selon ses choix
3. videur : personne qui assure la sécurité
4. clouée : immobilisée
5. brut : sans finesse, brutal
6. exorciser : anéantir, rejeter, éliminer
7. épurée : minimaliste, simple
8. touchants : émouvants, qui communiquent leurs émotions
9. écorchés vifs : à qui on a enlevé la peau ; au sens figuré : d’une extrême sensibilité

 

téléchargez gratuitement la version imprimable de N°2 CINEMA

Je souhaite recevoir la newsletter

Une réflexion sur “ De rouille et d’os de Jacques Audiard ”

Les commentaires sont fermés.