Danyel Waro, le défenseur du maloya

par Alexis Caucigh

Quand on écoute du maloya(1) pour la première fois, on est certain de ne pas le confondre avec une autre musique. Son rythme singulier chaloupé(2), sa couleur sonore chaude, ses origines mélangées de rythmes africains, malgaches et indiennes, sont une véritable invitation à la danse.

A la fois danse et musique, le maloya est unique en son genre. C’est également un  élément culturel essentiel de La Réunion. Classé au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2009 par l’Unesco, il a été longtemps interdit sur l’île, les autorités(3) de l’époque avaient peur qu’il rassemble les indépendantistes(4).

Nkrumah Lawson Daku_DWaro4Aujourd’hui, si le maloya est connu hors du territoire de La Réunion, c’est grâce aux efforts de ses « porte-étendards(5) », tels que Firmin Viry, Alain Peters, Gramoun Lele, Lo Rwa Kaf, et bien d’autres artistes qui ont su partager leur culture et l’amener dans le monde entier.

Dans ce vivier(6) de musiciens réunionnais, un artiste m’a particulièrement touché, c’est Danyel Waro. Peut-être  parce qu’il a un point commun avec Georges Brassens dans la façon de raconter ses histoires musicales. Peut-être aussi parce qu’il fabrique ses instruments lui-même. Ou encore  parce qu’il n’est pas dans la « norme », parce qu’il défend intelligemment la multiculturalité de son île. C’est  un grand monsieur pour moi, même si je ne suis pas du tout réunionnais. Il a su me toucher.

Son album Batarsité revendique(7) fièrement la diversité de la société réunionnaise,  peuplée par des Africains, des Malgaches, des Indiens et des Européens.
Cette musique  a été pour moi un électrochoc(8) culturel et musical. Sans connaître sa langue, j’ai réussi à comprendre tout simplement de quoi il parlait, comme si sa musique était une sorte de langage universel.
Récompensé du prix de l’Académie Charles Cros pour son album Foutan Fonnkèr en 1999 et aussi en 2010, il fait un passage remarqué aux Transmusicales de Rennes en 2005. Après avoir collaboré avec de nombreux artistes internationaux dont les Corses A fileta et le chanteur sud-africain Tumi, Danyel Waro est un artiste incontournable(9) de la scène des musiques mondiales et fier représentant de la culture réunionnaise.

Le coup de coeur d’ Alexis
Gesafelstein, Mike Lévy de son vrai nom, artiste lyonnais sévissant dans l’éléctro minimale. Pour ceux qui aiment les sons tranchants et froids.

https://www.facebook.com/gesaffelsteinmusic

1. maloya (n. m.s.) : musique traditionnelle de La Réunion
2. chaloupé (adj. m.s.) : rythmé pour danser
3. autorités (n. f.p.) : institutions politiques
4. indépendantistes (n. m.p.) : personnes qui souhaitent l’indépendance de l’île
5. porte-étendards (n. m.p.): représentants, militants
6. vivier (n. m.s.) : ensemble de personnes
7. revendique (v. revendiquer) : affirmer avec détermination, réclamer
8. électrochoc (n. m.s.) : surprise, choc (au sens figuré)
9. incontournable (adj. m.s.) : essentiel, majeur

Une réflexion sur “ Danyel Waro, le défenseur du maloya ”

  1. Ping : Scott Yancey

Les commentaires sont fermés.