Chéri de Colette

Chéri de Colette

par Amélie Lelouvier

Léa de Lonval, une demi-mondaine(1) de quarante-neuf ans, entretien depuis de nombreuses années une relation ambiguë(2) avec Fred Peloux, un séduisant jeune homme qu’elle surnomme tendrement Chéri.  À l’automne de sa vie, la courtisane observe leur passion s’effriter(3) avec une pointe de ressentiment.

Elle décide de mettre fin à leur liaison. Bientôt, Chéri épousera Edmée, une jeune fille pleine de fraîcheur. Mais les ruptures sont souvent accompagnées de chagrin et de regret.

couvertureChéri, par pitié, ne peut abandonner son ancienne maîtresse. Léa voit son amant hésiter entre elle et sa femme, ce qui la plonge un peu plus chaque jour dans une mélancolie destructrice.

La personnalité de Chéri intéresse peu. Ce dernier refuse de grandir et se rattache à cette femme qui lui a enseigné les plaisirs physiques. D’abord désinvolte(4), il finira par comprendre qu’il n’est pas si facile de tourner le dos à son passé pour dire adieu à une première expérience amoureuse, même si elle s’est faite dans les bras d’une femme de petite vertu. Étrangement, si le titre du roman met en vedette ce jeune homme insouciant, l’héroïne du livre reste avant tout Léa. Cette maîtresse abandonnée est bien plus attachante.

La romancière nous livre ici une peinture ironique de femmes lègères qui se sont enrichies grâce à leur pouvoir de séduction. Cette œuvre fut produite au début des années folles (1920), une période qui a sûrement influencé l’auteur lorsqu’elle écrit Chéri car ses personnages, et en particulier Léa, sont très modernes. Les femmes de cette époque prennent plus conscience de leur féminité. Les corsets(5) qui les emprisonnent depuis toujours vont se desserrer(6) peu à peu. Cette sexualité revendiquée(7) trouble les hommes car elle annonce déjà l’émancipation(8) future des femmes.

J’ai découvert cette écrivaine talentueuse en lisant Le blé en herbe, un petit chef-d’œuvre d’écriture sur les bouleversements de l’adolescence.  Ici, la plume élégante de Colette m’a une fois de plus charmée. Fine psychologue, elle décrit avec une grande sensibilité la vulnérabilité(9) d’une femme mûre(10) qui voit sa jeunesse s’envoler. Un portrait de femme vieillissante bouleversant.

1. demi-mondaine (n. f.s.), courtisane (n. f.s.), femme de petite vertu : femme qui a des mœurs peu vertueuses
2. ambiguë (adj. f.s.) : pas très claire
3. s’effriter (v.) : partir en morceaux, disparaître
4. désinvolte (adj. m.s.) : décontracté, peu inquiet
5. corsets (n. m.p.) : sous-vêtements féminins anciens qui compressaient
6. se desserrer (v.) : s’ouvrir, se détendre
7. revendiquée (adj. f.s.) : réclamée, demandée
8. émancipation (n. f.s.) : libération, indépendance
9. vulnérabilité (n. f.s.) : fragilité
10. mûre (adj. f.s.) : d’un certain âge (pas jeune mais pas encore vieille)