Archives pour la catégorie VINS

Quel accord vin/dessert ?

Vous avez préparé un délicieux repas et trouvé pour chaque plat le vin qui s’accordait parfaitement. Très bien ! Et voilà le dessert ! Mais… que boire avec le dessert ? Bien sûr, la solution de facilité, c’est le champagne. Le champagne se marie avec tout, n’est-ce pas ? Mais nous avons recherché pour vous d’autres accords qui magnifieront(1) encore plus les saveurs de vos desserts.
De manière générale, on peut dire que les desserts s’entendent bien avec les vins sucrés du sud de la France, plutôt des blancs, des vins qui ont profité d’un grand ensoleillement et de peu d’eau. Mais pas uniquement : les « vendanges tardives » d’Alsace (vin fait avec du raisin récolté en novembre), le pineau des Charentes, le crémant (un vin effervescent(2) mousseux), le macvin du Jura (un vin de « liqueur », c’est-à-dire un assemblage de moût(3) et d’eau de vie(4)), tous ces vins accompagnent avantageusement les desserts. Certains vins rouges sont particulièrement bien adaptés au chocolat et les rosés aux gâteaux plus sophistiqués.

Les tartes
Il existe des dizaines de sortes de tartes, en particulier aux fruits. Elles se marient parfaitement avec les vins blancs doux ou moelleux, plutôt jeunes, comme un Banyuls blanc ou ambré (Roussillon), un Riesling vendanges tardives (Alsace) ou encore un muscat de Frontignan (Languedoc).

Les crêpes
En Bretagne, on boit du cidre(5) avec les crêpes. Mais vous devriez aussi essayer avec un crémant de Die (Drôme, vallée du Rhône) ou d’Alsace, un macvin du Jura blanc ou un Vouvray pétillant (Indre-et-Loire, dans le Centre). Les crêpes flambées, elles, sont délicieuses avec un pineau des Charentes blanc (Ouest).

Les desserts aux œufs
Les desserts aux œufs comme les flans peuvent être accompagnés d’un floc de Gascogne blanc (Sud-ouest) ou d’un Agenais blanc surmûri (Sud-ouest). L’île flottante sera parfaite avec un Hermitage vin de paille (Rhône) et un pain perdu à la cannelle avec un Banyuls grand cru (Roussillon).

Les gâteaux
Pour la charlotte aux fraises, l’association avec un muscat de Beaumes-de-Venise rosé (Vaucluse) ou un vin de Savoie pétillant rosé est tout à fait indiquée. Et pour un gâteau au café comme le moka aux amandes, optez pour un crémant d’Alsace rosé.

Le chocolat

Le chocolat de manière générale se marie parfaitement avec le vin rouge. Il faut qu’il soit légèrement doux, comme un Périgord Vin de Domme rouge (Sud-ouest) ou un Maury grenat (Roussillon).

Bien sûr, il faut consommer ces vins avec modération mais vous verrez, un accord mets / vin réussi peut rendre votre dessert inoubliable !

Lexique
1. autodidacte (n. m.s.) : personne qui apprend par elle-même, sans professeur
1. magnifieront (v. magnifier) : sublimeront, renforceront
2. effervescent (adj. m.s.) : qui produit de petites bulles
3. moût (n. m.s.) : mixture obtenue par pressage du raisin
4. eau-de-vie (n. f.s.) : boisson alcoolisée obtenue par distillation
5. cidre (n. m.s.) : boisson alcoolisée fabriquée à partir de pommes

téléchargez gratuitement la version imprimable de VIN 53

Je souhaite recevoir la newsletter

Le vin au temps des Romains

Par Nathalie Mailhac

Les Romains maîtrisaient l’art de la vigne. Ils savaient tailler(1) la vigne, travailler le sol, protéger les grappes des maladies et du climat. Quand les vendanges étaient finies, le raisin était écrasé avec les pieds ou apporté à un pressoir(2). Le jus de raisin coulait dans des cuves de fermentation, tout comme aujourd’hui. Le dernier tour de pressoir donnait des vins de qualité inférieure. Le marc(3) était ensuite enlevé et mélangé avec de l’eau, puis remis sous le pressoir pour donner la piquette (la boisson quotidienne des esclaves). Les grands vins pouvaient vieillir longtemps et donner le meilleur d’eux-mêmes au bout de quinze ou vingt ans.

Pour lire la suite …

Quelques vins du sud-ouest

par Nathalie Mailhac

Jurançon, quand l’or coule de la montagne…

La viticulture débute en Aquitaine grâce aux Romains. Le mot « Jurançon » apparaît dès le Moyen Âge. Une époque faste(1) débute ensuite au XIVe siècle, avec l’installation des vicomtes de Béarn à Pau qui s’intéressent à la culture de la vigne. Une légende raconte qu’au baptême du roi Henri IV, son grand-père aurait frotté une gousse d’ail sur les lèvres du nouveau-né et fait boire quelques gouttes de Jurançon.

Les guerres de religion mettent fin à cette période. Plus tard, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, le raisin blanc reprend ses droits pour rendre au vin ses lettres de noblesse(2).

Pour lire la suite …