Archives pour la catégorie MUSIQUE

Concours Eurovision de la chanson : chanson en langue nationale et victoire sont compatibles

La soixante-deuxième édition du Concours Eurovision de la chanson s’est tenue ce samedi 13 mai à Kiev (Ukraine). Elle a vu le représentant du Portugal Salvador Sobral remporter le concours avec une chanson intitulée Amar pelos dois, intégralement interprétée en portugais. Cette édition montre qu’il est possible de chanter dans sa langue nationale et d’obtenir la victoire.

Comme les éditions précédentes, la très grande majorité des candidats avait choisi d’interpréter leur chanson en anglais. Si l’on ne compte pas le Royaume-Uni et l’Australie, pays anglophones, sur les vingt-quatre autres participants, dix-huit ont intégralement interprété leur morceau en anglais, soit environ les trois-quarts, deux en langue nationale et en anglais, et quatre en langue nationale seule.

L’on peut s’interroger sur le recours(1) à l’anglais en tout ou partie par les représentants des pays non anglophones. Si la chanson de langue anglaise domine très largement la chanson en langue étrangère dans ces pays, les paroles des chansons en anglais ne sont généralement pas comprises des auditeurs ou des consommateurs de ces chansons. De plus, la langue est encore plus difficile à comprendre quand elle est chantée que quand elle est parlée.

L’absence d’obstacle à la diffusion et au succès des chansons de langue anglaise dans le monde comme chanson en langue étrangère, malgré la non-compréhension des paroles, permet de penser que des chansons en d’autres langues peuvent rencontrer le succès en dehors de leur espace linguistique naturel. La chanson du Portugal, morceau mélancolique interprété sur une musique douce de jazz, le confirme clairement en remportant le concours de cette édition avec, en plus, le plus grand nombre de points de l’histoire (758 points). Elle a obtenu la première place à la fois des jurys nationaux de professionnels et des téléspectateurs.

Cette édition est marquée par deux autres chansons interprétées intégralement en langue nationale et faisant partie des dix premières classées : Occidentali’s Karma, morceau pop en italien interprété par le représentant italien Francesco Gabbani ; et Origo, titre folk-rap chanté en hongrois par le candidat hongrois Joci Papai.

Aucune des deux chansons interprétées en langue nationale et en anglais ne fait partie des dix premiers titres de cette édition. Le morceau pop aux sonorités orientales de la représentante française Alma, Requiem, obtient la douzième place avec une grande différence de classement entre celui des jurys nationaux de professionnels qui lui ont attribué la dix-neuvième place et celui des téléspectateurs, la dixième. On peut alors se demander s’il était utile d’interpréter une partie de la chanson en anglais. Quant à l’autre morceau bilingue, la chanson pop-reggae Do it for your lover, interprété en espagnol et en anglais par le représentant espagnol Manel Navarro, il a obtenu la dernière place avec les jurys nationaux de professionnels et la vingt-troisième dans le classement des téléspectateurs. Le choix linguistique de l’Espagne paraît particulièrement étonnant puisque la même semaine du concours, un titre intégralement interprété en espagnol connaissait un immense succès international : Despacito, morceau de reggaeton interprété par le chanteur portoricain Luis Fonsi avec la participation d’un autre chanteur portoricain, Daddy Yankee. Ce titre occupait en effet la première position de la plupart des classements officiels des ventes de titres disponibles dans le monde.

La plus grande diversité linguistique de cette édition avec les performances des chansons intégralement interprétées en langue nationale ainsi que les grands succès internationaux interprétés dans d’autres langues que l’anglais pourraient inciter(2) de nouveaux candidats pour les prochaines éditions à chanter intégralement dans leur langue nationale. On pense au représentant espagnol mais aussi à celui qui représentera la France et les autres pays francophones (Belgique et Suisse) s’ils sont qualifiés. Le répertoire de langue française, même s’il ne présente pas les plus grands chiffres de ventes, est en effet celui qui, après le répertoire anglophone, présente la plus grande diversité des genres à l’international.

Lexique
1. recours (n. m.s.) : utilisation
2. inciter (v.) : pousser

téléchargez gratuitement la version imprimable de LCFF52 Musique

Je souhaite recevoir la newsletter

Jean-Claude Amboise
Docteur en droit
Avocat au barreau de Paris
intervenant en droit de la culture

Voyage, Voyage

Ce mot répété deux fois rappelle immédiatement une chanson de la fin des années 80, Voyage voyage, interprétée par Desireless, cette chanteuse à la coiffure curieuse (ses cheveux étaient dressés verticalement sur sa tête).
Voyage voyage
Plus loin que la nuit et le jour
Voyage voyage
Dans l´espace inouï(1) de l´amour

Et l’on pourrait citer des dizaines de chansons qui célèbrent le voyage, qui apparaît alors comme le commencement d’une vie nouvelle, plus belle, plus riche, plus porteuse d’émotions.
Best-ofEn 1962, Henri Salvador pose sa voix de velours sur Syracuse. Il voit le temps qui passe et sait qu’il faut profiter de chaque instant de la vie.
Avant que ma jeunesse s’use
Et que mes printemps soient partis
J’aimerais tant voir Syracuse
Pour m’en souvenir à Paris.

Beaucoup plus récemment (2015), la jeune Louane reprend une chanson que Michel Sardou avait interprétée en 1983 : Je vole. Elle cherche à se donner du courage pour quitter le cocon douillet(2) de la famille car elle sent que la «vraie» vie l’attend ailleurs.
Mes chers parents, je pars
Je vous aime mais je pars (…)
Je n’ m’enfuis pas je vole

De même, tout le monde connaît Emmenez-moi, de Best-of-40-chansonsCharles Aznavour en 1967. Pour lui, ailleurs est forcément plus beau.
Emmenez-moi au bout de la terre
Emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil
Mais le voyage, pour certains, c’est aussi la perte des illusions. Après l’exotisme de la nouveauté et de la différence, on se demande si, finalement, on n’était pas mieux chez soi. Et on a envie de rentrer au bercail(3).
En 1987, la chanson de Jean-Louis Aubert, Les plages, commence par les enfants qui regardent avec envie les bateaux qui passent ; elle se termine par les vieux marins qui, après une vie de voyage, retournent finir leur vie dans leur ville natale. Ils regardent les enfants qui souhaitent à leur tour partir. La vie est un éternel recommencement…
Sur toutes les plages y a des mômes
Qui font signe aux bateaux
(…)
Sur toutes les plages y a des vieux
Qui regardent les mômes
Tendre la main aux bateaux

Et pour conclure, cette très célèbre chanson de Georges Brassens de 1956 : Auprès de mon arbre.
L’auteur y évoque sa vie « d’avant », quand il était jeune et insouciant. Il n’était pas riche mais au moins, il était heureux.
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J’aurais jamais dû m’éloigner d’ mon arbre…
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J’aurais jamais dû le quitter des yeux..
.

En somme(4), voyager, c’est bien, c’est beau, ça enrichit la vie. Mais cela ne peut pas être une fin en soi. Car au bout du compte, on n’est jamais aussi bien qu’à l’endroit où l’on est né. A méditer…

Lexique
1. inouï (adj. m.s.) : incroyable
2. douillet (adj. m.s.) : confortable
3. bercail (n. m.s.) : maison (théoriquement : bergerie)
4. en somme : en résumé

téléchargez gratuitement la version imprimable de Musique 49

Je souhaite recevoir la newsletter

Yannick Noah, le sportif chanteur

Quel pont trouver entre le sport et la musique ?
Yannick Noah…
Ce joueur de tennis né en 1960 a été le Français le mieux classé à l’ATP (n°3 en 1986), le seul à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem (Roland Garros en 1983) et le plus titré (23 titres). Il est aujourd’hui le capitaine de l’équipe de France de la Coupe Davis et de la Fed Cup.

Pour lire la suite…