Que du bonheur ! Rachel Corenblit

Que du bonheur ! Rachel Corenblit

Envie d’une lecture légère sur la plage ? Que du bonheur ! de Rachel Corenblit, est un roman drôle, riche du regard décalé porté sur son quotidien par une adolescente malchanceuse qui n’a rien pour elle et en a bien conscience.

La première de couverture attire d’emblée(1) le regard : on y voit une jeune fille qui ferme les yeux, la tête à moitié immergée dans une eau claire, elle a l’air détendu. En arrière-plan, un ciel bleu azur sans l’ombre d’un nuage. Un détail cependant ne cadre pas avec le décor et l’impression de douce chaleur suggérée par les couleurs : cette jeune fille porte un gros bonnet de laine !

La narratrice a presque quinze ans, des cheveux presque bruns et des yeux presque verts, des dents presque droites, et elle raconte dans son journal in-time son année de malheur, qu’elle agrémente de petites photos en tout genre.

Elle se prénomme Angela. Un choix mûrement réfléchi de la part de ses parents, en hommage à Angela Davis, femme engagée, idéaliste, féministe, défenseuse des droits de l’humanité.

L’Angela de ce roman est plutôt une anti-héroïne, frappée par la malchance. Pour lutter contre la dépression et la morosité(2), ses armes sont l’autodé-rision(3) et l’absorption boulimique(4) de nourriture.

Le livre se présente comme son journal, rédigé à la première personne, avec des dessins et des photos annotées. Elle nous raconte avec un an de recul, l’année scolaire qui vient de s’écouler, depuis la rentrée scolaire en première année de lycée jusqu’à la veille de la rentrée suivante.

Les mauvais coups du sort commencent le jour même de la rentrée avec un nez cassé qui lui vaudra une mauvaise réputation pour toute l’année à venir. Il y a ensuite le divorce des parents, la trahison de la meilleure amie qui sort avec le garçon dont elle est secrètement amoureuse, la mort du chat. En juin, le redoublement(5) menace. La déprime se poursuit en vacances d’été dans un village minuscule avec son père et son grand-père ! L’été avance encore avec la mère cette fois-ci, dans un camping qui n’est pas vraiment la panacée(6)… Mais Angela n’est ni désespérée ni amère, et cela devrait finir moins mal que cela a commencé.

La narratrice connaît le déroulé des événements jusqu’à la fin avant de les retranscrire. Elle fait donc des clins d’œil au lecteur sur ce qui va se passer par la suite. Tout cela fait de ce journal intime atypique un parfait remède à la morosité ambiante !

Lexique

1. d’emblée (adv.) : dès le début

2. morosité (n. f.s.) : tristesse, dépression

3. autodérision (n. f.s.) : capacité à se moquer de soi-même

4. boulimique (adj. f.s.) : relative à une trop grande quantité de nourriture

5. redoublement (n. m.s.) : action de refaire la même classe deux fois en raison de mauvais résultats scolaires

6. panacée (n. f.s.) : remède universel, solution idéale

téléchargez gratuitement la version imprimable de Que du bonheur !

Je souhaite recevoir la newsletter