Le courrier des Balkans

Le courrier des Balkans

Né il y a bientôt vingt ans dans les montagnes du Monténégro, le pure player Le courrier des Balkans couvre aujourd’hui l’actualité des treize pays de l’Europe du sud-est : le Monténégro, la Slovénie, la Serbie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, l’Albanie, la Grèce, la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Moldavie, le Kosovo et la Macédoine.

Son principe ? Faire connaître les points de vue des médias indépendants de la région. Ses méthodes ? La traduction en français d’articles de presse et la publication de reportages réalisés par ses correspondants locaux.

Rencontre avec les rédacteurs en chef.

LCFF : Est-ce que les pays des Balkans sont francophones ?
La rédaction du Courrier des Balkans : Plutôt oui. Même si le français n’est pas une langue officielle dans ces pays, il y est parlé et apprécié depuis des décennies(1) parce qu’il a longtemps été la langue des élites et que des liens historiques existaient avec la France. Cela dit, les réalités sont différentes selon les pays. Certaines populations, du fait de l’Histoire, sont davantage russophones ou germanophones mais dans l’ensemble, il y a beaucoup de considération pour le français dans les Balkans et on rencontre des gens qui parlent français aussi bien là-bas que dans les pays francophones.

LCFF : Comment choisissez-vous les articles que vous traduisez ?
CdB : Nous avons des partenariats avec les médias que nous traduisons. Nous essayons de couvrir tous les thèmes (écologie, société, histoire, politique, gastronomie, culture) en variant les formats : brèves, reportages, portraits… Nous passons des commandes aux traducteurs et à nos correspondants installés dans la région qui, eux aussi, nous proposent des sujets ou des interviews
Nous discutons alors de la longueur de l’article, de l’angle choisi, de l’atmosphère voulue, etc. L’idée est à la fois d’informer sur la réalité de cet espace riche et complexe en donnant des outils de compréhension et de diffuser le regard de ces pays sur leur actualité et les enjeux auxquels ils font face.

LCFF : Quelle est la situation de la presse dans la région ?
CdB : Reporters sans frontières publie régulièrement des rapports au sujet des pressions que subissent les journalistes : difficultés d’accès aux sources publiques, diffamation(2), chantage(3), menaces(4), violence, emprisonnement… Les difficultés économiques freinent(5) aussi la production d’enquêtes de qualité. Certains journaux diffusent des
« fausses nouvelles » qui sont néfastes non seulement pour la profession mais aussi pour l’ensemble de la société, alors que le droit d’informer est un enjeu social majeur ! Nos confrères s’organisent collectivement dans plusieurs pays mais la situation est très préoccupante.

LCFF : Qui sont vos lecteurs ?
CdB : Certains sont des Français, des Belges, des Suisses expatriés en Europe de l’est, et une autre partie de nos abonnés sont les membres de la diaspora. Ils sont chercheurs, étudiants, investisseurs, diplomates, etc. Enfin, il y a les curieux de cette partie de l’Europe, de son Histoire, de sa culture.

LCFF : Justement, quelle place accordez-vous à la culture dans vos publications ?
CdB : Plutôt importante. En fait, notre site est divisé en deux parties. Le site d’information, en accès payant, nous permet d’être rémunérés(6) par nos abonnés et nous avons aussi ouvert en 2015 un espace culturel sur le site, « Le grand bazar », qui, lui, est en accès libre. On y poste des notes de lecture de ce qui nous a plu dernièrement, des listes de musique éclectiques(7), de bonnes adresses, des contributions des lecteurs et des amis du Courrier sous forme de blog. De manière plus large, nous sommes partenaires de plusieurs événements culturels liés aux Balkans et programmés dans les pays francophones :
les festivals Balkan Trafic ou Welcome en Tziganie, plusieurs salons du livre, des conférences, …
Cet été par exemple, nous avons eu une carte blanche au Festival de cinéma de Douarnenez sur le thème des frontières. Il y a beaucoup de préjugés et d’idées reçues sur les Balkans ; alors, si on peut ouvrir une fenêtre aux francophones sur des musiciens, des plasticiens(8), des intellectuels engagés ou encore sur des collectifs d’habitants qui s’organisent, c’est un début !

LCFF :
Merci, Le courrier des Balkans !

Le Courrier des Balkans
26, rue Emile Raspail
94110 Arcueil
mail : info@courrierdesbalkans.fr
T : +33 (0)9.50.72.22.26

www.lecourrierdesbalkans.fr
https://www.facebook.com/lecourrierdesbalkans/

Lexique
1. décennies (n. f.p.) : périodes de dix ans
2. diffamation (n. f.s.) : fait de dire du mal, publiquement,
d’une personne
3. chantage (n. m.s.) : action de faire payer quelqu’un en échange
du silence sur des révélations compromettantes
4. menaces (n. f.p.) : comportements par lesquels on indique à
quelqu’un qu’on cherche à lui nuire
5. freinent (v. freiner) : limitent
6. être rémunérés (v. rémunérer. Passif) : être payés
7. éclectiques (adj. f.p.) : variées
8. plasticiens (n. m.p.) : artistes qui travaillent selon des
techniques et des supports variés

téléchargez gratuitement la version imprimable de LCFF54 Portrait

Je souhaite recevoir la newsletter