Vice versa, un voyage initiatique en hommage à la complexité des émotions humaines

Par Ida Jouband

Je dois avouer que j’étais assez sceptique en voyant l’affiche de Vice Versa : personnages mignons et simplistes aux traits presque caricaturaux, dessin extrêmement coloré… Autant dire que l’ambiance enfantine qui s’en dégageait m’a fait penser qu’il s’agirait d’une énième(1) production commerciale prenant les bambins(2) pour des simplets(3). Et bien, je suis bien heureuse d’avoir été détrompée.

Vice Versa est un récit initiatique classique qui raconte l’histoire de  571071Riley, une petite fille de onze ans qui voit son univers soudainement chamboulé(4) lorsque sa famille décide de déménager au Texas, l’obligeant à abandonner tous ses repères et à faire face à de nouvelles difficultés (père surchargé par le travail, emménagement dans une maison crasseuse(5) et lugubre(6), nouvelle école etc.) L’originalité du scénario réside cependant dans l’angle narratif qui est choisi : ainsi l’histoire n’est pas uniquement racontée du point de vue de Riley mais de celui de ses émotions, Joie, Tristesse, Peur, Dégoût et Colère. L’histoire se passe à l’intérieur de la tête de l’enfant et se concentre principalement sur les interactions entre ses différentes émotions tandis que l’on découvre au fur et à mesure(7) comment celles-ci contrôlent la vie de la petite Riley. La narration est donc mise en place à deux niveaux tandis que l’on observe en parallèle les évolutions de l’héroïne(8)

et de ses émotions, qui apprennent tous à affronter(9) de nouvelles difficultés et à grandir ensemble.
Ce qui m’a tout de suite frappée dans Vice Versa, c’est l’intelligence de l’écriture et le travail sur les personnages. Ainsi, chaque protagoniste(10) a beau personnifier une émotion particulière, ceux-ci sont loin d’être unidimensionnels et possèdent leurs propres caractéristiques. Ils sont particulièrement bienveillants envers Riley, ce qui motive la plupart de leurs actions (Peur se chargera d’effrayer Riley quand il la croira face à un danger par exemple). Une manière intelligente de dire enfin aux enfants que même les émotions typiquement considérées comme négatives font partie d’eux et que tout n’est pas noir ou blanc. L’intellect humain est donc régi par des mécanismes changeants, qui se complexifient lorsque l’enfant prend de l’âge.
En plus de sa narration complexe et de ses personnages profonds, drôles et attachants, le film est doté(11) d’un univers visuel époustouflant, que j’ai adoré pouvoir découvrir sur grand écran. Ainsi, l’esprit humain est représenté comme un monde à part entière où chaque élément géographique fait référence à une fonction cérébrale, tandis que les personnages se promènent à travers des endroits aussi loufoques(12) que hauts en couleurs(13) comme le labyrinthe de la mémoire à long terme, le pays de l’imagination, le gouffre(14) de l’oubli ou encore le studio des rêves. On assiste donc à la mise en place d’un véritable monde à part entière où tout est pensé de manière aussi fonctionnelle qu’efficace visuellement : ainsi les souvenirs de Riley sont par exemple représentés par différentes boules de couleurs (la couleur représentant l’émotion liée à un souvenir particulier) qui sont ensuite triés et emmagasinés selon leur importance (les souvenirs les plus importants viendront nourrir les îlots de personnalité de Riley tandis que ceux ne comptant plus pour elle sont jetés dans le gouffre de l’oubli). Le tout est extrêmement dynamique, détaillé et imaginatif, pour un véritable tour de force(15) visuel, loin de la simplicité apparente vendue par l’affiche du film.
Au final, Vice Versa est donc un film riche et haut en couleurs qui, malgré son apparence enfantine, saura s’adresser autant aux petits qu’aux grands. De quoi nous rappeler que les films d’animation ne sont pas forcément destinés aux enfants et que, même lorsque ceux-ci s’adressent à un public plus jeune, il est essentiel de tenter de leur transmettre des valeurs complexes et matures qui leur donneront les outils nécessaires pour bien démarrer dans la vie.

Lexique
1.énième (adj. f.s.) : qui arrive après un grand nombre
d’éléments identiques
2. bambins (n. m.p.) : enfants
3. simplets (n. m.p.) : idiots
4. chamboulé (adj. m.s.) : bouleversé, changé
5. crasseuse (adj. f.s.) : sale
6. lugubre (adj. f.s.) : effrayant
7. au fur et à mesure (adv.) : progressivement
8. héroïne (n. f.s.) : personnage féminin principal
9. affronter (v.) : faire face
10. protagoniste (n. m.s.) : personnage
11. est doté (v. doter) : est composé, possède
12. loufoques (adj. m.p.) : fous, fantaisistes, farfelus
13. hauts en couleurs : qui ont beaucoup de caractère
14. gouffre (n. m.s.) : trou très profond dans le sol
15. tour de force (n. m.s.) : exploit

téléchargez gratuitement la version imprimable de Dessin animé#35

Je souhaite recevoir la newsletter